De patrimoine de l'Humanité à décharge en plein air : le triste déclin de l'île Henderson

Baptiste

09 Février 2019

De patrimoine de l'Humanité à décharge en plein air : le triste déclin de l'île Henderson
Advertisement

La gigantesque île en plastique au milieu de l'océan Pacifique continue de recueillir de plus en plus de déchets. Ce grave problème détruit les écosystèmes marins de l'océan et touche des millions de plages dans le monde, de plus en plus assiégées par les déchets plastiques. Actuellement, l'une des réalités les plus tristes est l'île Henderson, qui est inondée de tonnes de déchets plastiques chaque jour. Et dire que c'était un endroit immaculé et classé Patrimoine de l'Humanité par l'UNESCO...

Advertisement

Polyrus/Flickr

Le niveau de pollution des océans est de plus en plus alarmant, les efforts conjoints des organisations à but non lucratif et des nations semblent pour le moment trop lents et donc inefficaces. Au détriment d'écosystèmes entiers et de paradis terrestres autrefois vierges, comme l'île d'Henderson au sud de l'océan Pacifique. Cette île inhabitée fait partie de l'archipel de Pitcairn et d'un des territoires britanniques d'outre-mer. En 1988, elle a été inscrite comme site du patrimoine mondial par l'UNESCO pour les nombreuses colonies d'oiseaux dans les réserves de phosphate.

Jusqu'à il y a quelques décennies, l'île était totalement inconnue et les habitants des autres îles de l'archipel s'y rendaient quelques fois par an pour ramasser du bois. Aujourd'hui, elle est malheureusement connue pour les excès de l'homme : plus de 18 millions de tonnes de plastique recouvrent les plages de cette île. Cela signifie qu'il est possible de trouver plus de 600 matériaux plastiques par mètre carré, sans parler des milliers d'autres que le sable a submergés et continue de submerger depuis des années.

Advertisement

Jennifer Lavers, chercheuse à l'Université de Tasmanie, après avoir été touchée par la dégradation de l'île, a mené une enquête de trois ans sur tout ce que ces plages reçoivent chaque jour de la mer. Son étude traite de la nocivité de ces matières plastiques pour les écosystèmes et de l'accumulation de déchets et de débris sur cette île située au cœur du Pacifique. La seule solution pour se mettre à l'abri de cette destruction annoncée est de ralentir de plus en plus notre consommation et de se concentrer uniquement sur une vie quotidienne durable.

Advertisement