Lorsque vous découvrirez comment votre cerveau réagit à l'alcool, vous ne voudrez plus jamais boire un verre - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Lorsque vous découvrirez comment votre…
10 faits extraordinaires sur le Japon que la plupart des gens ne connaissent pas Le travail de Google Street View

Lorsque vous découvrirez comment votre cerveau réagit à l'alcool, vous ne voudrez plus jamais boire un verre

Par Baptiste
4.706
Advertisement

La consommation d'alcool n'est plus justifiée : une étude britannique récente a montré une fois pour toutes que même à faible dose, l'alcool peut avoir des effets dévastateurs sur le cerveau, en particulier dans les zones où l'information est traitée.

Mais comment quelques verres de vin peuvent-ils agir irrémédiablement sur le cerveau ? Et quels sont les signaux subtils que notre corps nous envoie pour nous dire qu'il vaut mieux s'abstenir ?

Effets de l'alcool sur le cerveau

image: pixabay

Les zones les plus touchées par les toxines de l'alcool sont :

le cortex cérébral, qui est responsable de tous les processus de traitement de la pensée, du langage, de l'information et de la conscience ;
le cervelet, qui contrôle l'activité motrice et la coordination ;
l'hypothalamus, qui active, contrôle et intègre les mécanismes des organes internes, l'activité endocrinienne et de nombreuses fonctions somatiques telles que la température corporelle, le sommeil et l'alimentation ;
la moelle allongée, utilisée pour la respiration et la circulation sanguine.

Par conséquent, vous pouvez avoir des problèmes d'articulation de la pensée et du langage, de mouvement, d'excitation, de coups de sommeil et même un sentiment d'étouffement.

Les symptômes post-cuite sont les maux de tête, la nausée, la diarrhée, la fatigue et la soif.

Quand il vaut mieux s'arrêter : les 5 signaux qui sont le plus souvent ignorés.

image: pixabay

Notre corps a tendance à nous avertir quand quelque chose ne fonctionne pas comme il se doit : au cas où vous ressentez ces cinq symptômes, sachez qu'ils vous incitent à réduire drastiquement votre consommation d'alcool.

1. Problèmes de mémoire. Selon le Dr Jaffe, spécialiste des troubles mentaux et de la toxicomanie, une diminution du flux sanguin vers l'hippocampe entraîne des pertes de mémoire. Il n'est pas nécessaire d'être alcoolique chronique pour souffrir d'amnésie : même un seul verre d'une boisson alcoolisée peut suffire.
2. Difficultés de stockage de l'information. Selon le Dr Tapert, la consommation régulière d'alcool entraîne de sérieuses difficultés à assimiler et à garder à l'esprit les nouvelles informations.

Advertisement
image: pixabay

3. Faible vitesse de traitement. Une étude a montré que l'alcool, affectant le cortex cérébral, provoque un ralentissement dans le traitement des signaux reçus par tous les sens - yeux, nez, oreilles, langue et toucher - qui peuvent devenir dangereux dans les situations d'urgence.

4. Difficulté de concentration. Elle est causée par l'augmentation - induite par l'alcool - de la noradrénaline, une hormone stimulante qui, à fortes doses, entraîne impulsivité et distraction.

5. Difficulté à trouver les mots appropriés. Les recherches du Dr Topiwala ont révélé que les personnes qui consomment entre 7 et 14 doses d'alcool par semaine ont 14 % plus de difficulté à trouver des mots pendant un discours que celles qui ne consomment qu'une seule dose d'alcool par semaine.

Juste de mauvaises nouvelles ? Pas vraiment. Vous ne devriez pas renoncer complètement à un verre de vin en bonne compagnie, mais vous devriez percevoir les signaux que votre corps envoie pas seulement quand la situation doit être définie sérieuse. On s'habitue à l'alcool et en peu de temps on peut se retrouver à boire de très fortes doses, sans se sentir trop malade. C'est une condition apparente car le corps se fatigue pour se débarrasser de la quantité de toxines introduites.

Des études récentes ont révisé à la baisse la dose quotidienne maximale d'alcool : d'un verre pour les femmes et deux pour les hommes, elle est passée à 100 grammes d'alcool par semaine. C'est le seuil qui vous protège des complications possibles.

Passez en revue la quantité d'alcool que vous buvez par semaine et prenez soin de votre corps et de votre vie !

Tags: ScienceSanté
Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci