Cultiver dans le désert sans avoir besoin d'eau : les serres révolutionnaires de Charlie Paton - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Cultiver dans le désert sans avoir…
Le prix du tourisme : les Massaïs sont expulsés en Tanzanie pour faire place à des safaris de luxe Trop de bruit autour de vous ? Avec ces bouchons super technologiques vous pouvez baisser le volume... du monde

Cultiver dans le désert sans avoir besoin d'eau : les serres révolutionnaires de Charlie Paton

4.535
Advertisement

L'agriculture sous serre, techniquement connue sous le nom d'agriculture biologique contrôlée, a connu une croissance incroyable ces dernières années, créant un chiffre d'affaires annuel de 100 milliards de dollars dans le monde entier.

Dans chaque pays, de plus en plus de terres sont couvertes de serres. Et si le système garantit la production d'une grande variété de produits, il y a aussi des contre-indications. En particulier, les pénuries d'eau dans certaines régions obligent les agriculteurs à utiliser beaucoup de pesticides.

Une solution possible vient du système développé par Charlie Paton, un designer britannique qui n'avait pas de formation spécifique en sciences agronomiques, mais qui depuis deux décennies parcourt le monde pour exporter sa petite révolution.

Dans les années 80, au cours de ses fréquents voyages au Maroc, il a eu une idée qu'il a mise en pratique pour la première fois en 1995 à Tenerife, et qu'il a aujourd'hui reproduit dans de nombreux autres endroits, en particulier au Moyen-Orient.

La méthode Paton consiste à construire une serre à deux kilomètres au maximum de la mer. Nous savons que l'eau de mer est généralement toxique pour les plantes, mais cette eau ne les touchera jamais. En effet, grâce à un système de tuyaux qui prélèvent l'eau froide à des profondeurs maximales et la font couler sous terre, l'eau arrive dans la serre et, par le contraste des températures, réduit le "point de rosée".

Seule la puissance de refroidissement de l'eau de mer est utilisée, tandis que l'eau à proprement parler est "extraite" de l'air qui entre dans la serre, pleine d'humidité.

De cette façon, en exploitant et en manipulant l'interaction entre le climat désertique et l'humidité apportée par la mer, on crée un environnement dans lequel les plantes peuvent pousser avec peu d'eau.

Le coût de ce type de serre est beaucoup plus bas que celui du système traditionnel et n'implique pas l'utilisation massive de pesticides. La Seawater Greenhouse, la serre à eau de mer de Paton, est maintenant présente dans plusieurs pays à travers le monde et pourrait s'avérer être un élément clé dans un avenir proche.

Advertisement

Regardez la Vidéo:

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci