Un virus vieux de plusieurs millénaires a refait son apparition en Australie, sans possibilité de remède ou de thérapie - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Un virus vieux de plusieurs millénaires…
En Nouvelle-Zélande, personne ne veut récolter les kiwis pour 16,5 dollars l'heure : voici la décision du gouvernement 16 illustrations qui offrent une vision brutale mais honnête de notre société

Un virus vieux de plusieurs millénaires a refait son apparition en Australie, sans possibilité de remède ou de thérapie

Par Baptiste
3.185
Advertisement

La recherche médicale est une bataille qui n'arrête jamais : alors qu'on trouve le remède ou une bonne thérapie pour une maladie, en voici une autre pour laquelle on ne connait pas de solutions. En Australie, les médecins mettent en garde contre la propagation d'un nouveau virus, semblable au VIH, mais pour lequel il n'existe aucun traitement efficace. En fait, le virus est déjà connu de la communauté scientifique, mais le taux élevé d'infection ces derniers temps a attiré l'attention des médecins.

Le virus, appelé HTLV-1, a infecté plus de 40 % des adultes en Australie centrale.

image: pixabay.com

Les infections sont surtout présentes dans les communautés autochtones vivant dans les zones reculées d'Australie centrale, en particulier autour de la ville d'Alice Springs.

Le HTLV-1 est très semblable au VIH : les deux peuvent être transmis sexuellement, par contact avec du sang infecté et par l'allaitement, bien que le HTLV-1 soit beaucoup moins facilement transmissible. De plus, les deux virus sont associés à des affections débilitantes comme la bronchectasie, les complications pulmonaires, la myélopathie du système nerveux et l'affaiblissement du système immunitaire.

En réalité, le virus HTLV-1 est connu depuis longtemps de la communauté scientifique, qui a également détecté l'ADN du virus chez une momie de 1 500 ans trouvée dans les Andes, en Amérique du Sud.

Roberto Gallo, directeur de l'Institut de virologie humaine de l'Université du Maryland, a découvert le virus pour la première fois en 1979 et c'est lui, aujourd'hui, qui dénonce le peu de choses qui ont été faites pour empêcher sa propagation : "Personne au monde n'a fait quoi que ce soit pour essayer de traiter la maladie jusqu'à présent, à part un chercheur japonais", a déclaré Gallo.

Bien que le virus soit actuellement confiné à l'Australie centrale et, comme le professeur Gallo le dit, il n'y a pas lieu de s'inquiéter pour le reste du monde, il est nécessaire que la communauté scientifique fasse ce qu'elle n'a pas fait jusqu'à présent, à savoir enquêter sur ce virus et chercher un vaccin qui puisse prévenir son éventuelle épidémie.

Sources:

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci