Mais pourquoi les primates sont-ils devenus si intelligents ? Non, cela n'a rien à voir avec la recherche de nourriture

par Baptiste

06 Juin 2024

Advertisement

Parmi les mammifères considérés comme les plus intelligents dans la nature, on trouve l'homme et les primates, et ce en raison de la taille de leur cerveau, qui est plus grand que celui des autres. Mais comment le cerveau des primates a-t-il évolué ?

Advertisement

Les animaux plus intelligents trouvent-ils plus facilement de la nourriture ?

Pixabay

La science et les études antérieures ont trouvé un lien fort entre la taille du cerveau et l'alimentation d'une espèce : plus un animal est intelligent, plus il exploite cette capacité pour se procurer de la nourriture de manière astucieuse et efficace. Cela se traduit par un apport calorique plus élevé, qui à son tour soutient le fonctionnement d'un cerveau développé et de taille augmentée. Plus précisément, cette corrélation concerne la consommation de fruits par une espèce animale, un aliment aux grandes potentialités.

Les espèces qui ont accès à différents types de fruits en toute saison pourraient avoir plus de chances d'augmenter la taille de leur cerveau, qui augmentera donc en taille. Cette théorie a été testée pour la première fois dans une étude intéressante menée par Ben T.Hirsch, Roland Kays, Shauhin Alavi, Damien Caillaud, Rasmus Havmoller, Raffaele Mares et Margaret Crofoot.

Advertisement

Primates à grand cerveau qui se nourrissent de fruits

Étant donné qu'il est impossible de simuler en laboratoire l'habitat étendu et les déplacements importants de certains animaux pour se procurer de la nourriture, les chercheurs ont observé directement sur le terrain les primates du Panama, qui relie l'Amérique centrale à l'Amérique du Sud, pendant une période de trois mois où les fruits disponibles pour les mammifères sont relativement limités. En effet, pendant ce trimestre, le seul choix pour les animaux se nourrissant de fruits sont les arbres Dipteryx oleifera, qui peuvent atteindre une hauteur de 50 mètres.

En cartographiant la zone avec des drones, l'équipe a pu surveiller chaque arbre de cette espèce pour comprendre la quantité de fruits disponibles. Ensuite, des animaux avec de grands et petits cerveaux ont été sélectionnés : dans le premier cas, les primates composés de singes-araignées et de capucins à face blanche, dans le second, deux membres de la famille du raton laveur. Les quatre espèces étaient intéressées par les fruits de Dipteryx oleifera.

Les chercheurs ont surveillé les déplacements de quarante individus au total, analysant ensuite le moment où chaque animal se rendait sur l'arbre et le temps qu'il mettait pour se nourrir, grâce à des relevés GPS de leurs positions obtenus via des colliers.

L'intelligence des primates n'a rien à voir avec la consommation de fruits

Un singe capucin à tête blanche mangeant une petite noix de coco dans la forêt des montagnes du centre du Panama

Holtocw/Wikimedia commons - CC BY-SA 4.0

Une fois déduit le temps passé à dormir dans les arbres, l'équipe a estimé la capacité de recherche de nourriture entre les espèces en calculant la quantité de temps passée dans les arbres chaque jour, divisée par la longueur du trajet parcouru pour les atteindre. Cependant, les résultats n'ont pas été ceux auxquels ils s'attendaient : les primates ne se sont pas révélés être les "meilleurs" et les plus rapides pour se procurer de la nourriture, remettant ainsi en question l'hypothèse selon laquelle l'évolution du cerveau est liée à la consommation de fruits.

Pourquoi les primates ont-ils alors des cerveaux plus développés ? Selon les chercheurs, une meilleure mémoire épisodique pourrait améliorer leur recherche de nourriture, mais cette théorie n'a pas été prouvée. Cependant, ils ont avancé l'hypothèse que l'intelligence pourrait être liée à l'utilisation d'outils pour obtenir de la nourriture de manière plus efficace dans leur habitat. De plus, l'équipe suggère également que la taille du cerveau des primates pourrait avoir augmenté pour faire face aux groupes sociaux complexes dans lesquels ils vivent. Des recherches futures, notamment sur d'autres espèces intelligentes telles que les corbeaux et les dauphins, pourraient contribuer à éclaircir davantage ce mystère de l'évolution.

Advertisement