Le prochain pic d'activité solaire nous aidera à comprendre comment survivre sur Mars : c'est ce qu'affirme la NASA

par Baptiste

27 Mai 2024

Advertisement

L'étude de l'activité solaire a toujours constitué une ressource précieuse pour la compréhension de notre système solaire, surtout pendant certaines périodes. En effet, en 2024, le Soleil atteindra son pic d'activité, offrant une opportunité unique pour étudier comment ces phénomènes peuvent influencer les astronautes sur Mars, lors des premières missions humaines prévues dans les prochaines années.

Advertisement

Pourquoi la compréhension des tempêtes solaires est essentielle pour l'exploration spatiale

Représentation de la sonde MAVEN de la NASA en orbite autour de Mars

NASA/GSFC

Bien que le Soleil ait connu d'autres périodes de pic dans son activité, celles de 2024 pourraient être les plus importantes jamais enregistrées. En effet, sur Mars, plusieurs sondes et véhicules ont pour mission d'étudier sa surface et pourront également évaluer les effets de l'activité solaire sur la planète rouge. Mais pourquoi est-il crucial de comprendre les tempêtes solaires pour l'exploration spatiale ?

Tous les 11 ans environ, le Soleil entre dans une période de maximale activité, marquée par des éruptions solaires, des éjections de masse coronale et d'éventuelles tempêtes solaires. Ici sur Terre, il n'y a pas de conséquences particulières grâce à notre champ magnétique. Mais sur Mars ? Bien qu'elle soit très similaire à la Terre, la planète rouge n'a pas de champ magnétique global et est donc plus vulnérable aux tempêtes solaires. Comprendre ces phénomènes est donc essentiel pour le succès des futures missions sur le sol martien.

Advertisement

Il y a deux yeux humains sur Mars : l'un dans le ciel, l'autre sur la terre

Ejection de masse coronale capturée par le Solar Dynamics Observatory de la NASA

NASA/GFSC/SDO

Comme le rapporte la NASA, deux sondes déjà présentes sur Mars étudieront les potentielles tempêtes solaires dues au pic d'activité de notre étoile. Voici lesquelles :

  • La première est MAVEN, acronyme de Mars Atmosphere and Volatile EvolutioN, une sonde spatiale qui orbite autour de la planète rouge et étudie son atmosphère. Elle aura pour tâche d'analyser les effets des tempêtes solaires sur Mars.
  • La seconde est Curiosity, le célèbre rover qui explore la surface martienne depuis 2012 et envoie de nombreux données sur Terre. Sa mission, ainsi que celle du RAD (Radiation Assessment Detector), sera de fournir des données essentielles sur l'impact des radiations à la surface de Mars.

Ensemble, MAVEN et Curiosity sont comme deux yeux humains sur Mars, prêts à analyser les changements dans l'environnement martien pendant le pic d'activité solaire. Les informations recueillies seront fondamentales pour la planification de toute mission humaine sur Mars, assurant la sécurité des astronautes.

Étudier le Soleil pour trouver des traces d'eau sur Mars : l'autre objectif de la NASA

En effet, étudier l'impact des radiations sur l'atmosphère et la surface martienne n'est pas le seul objectif de la NASA. L'agence spatiale américaine souhaite également étudier le pic d'activité solaire pour comprendre l'histoire climatique de la planète rouge. Il y a des milliards d'années, Mars avait un climat beaucoup plus semblable à celui de la Terre : en d'autres termes, elle avait de l'eau à l'état liquide. Malheureusement, les tempêtes de poussière globales ont transféré l'eau dans l'atmosphère, d'où elle a ensuite été dispersée dans l'espace par les radiations solaires.

Il s'agit d'une théorie que la NASA souhaite vérifier en analysant l'interaction entre une tempête solaire et une tempête de poussière globale. Ce ne sera pas simple, mais les résultats pourraient révolutionner notre connaissance de Mars. En somme, la période de maximale activité du Soleil représente une opportunité unique dans notre relation avec la planète rouge. Heureusement, nous savons ce que nous cherchons et comment le trouver : nous avons deux yeux humains prêts à voir ce que nous, ici sur Terre, ne pouvons qu'imaginer.

Advertisement