x
Un jeune chef démissionne et dénonce…
Ce lycée fournit gratuitement des ceintures aux élèves pour les empêcher de porter des pantalons à taille basse et des sous-vêtements visibles Où arriverions-nous si nous creusions un tunnel jusqu'aux antipodes de la Terre ? Un site interactif nous le montre

Un jeune chef démissionne et dénonce son employeur : "Je recevais 200 euros par mois pour un emploi à temps plein"

07 Septembre 2022 • Par Baptiste
962
Advertisement

Trouver l'emploi de ses rêves et pouvoir progresser dans sa carrière est un objectif que tout le monde ne parvient pas à atteindre, et cela demande un grand engagement, que tout le monde n'est pas prêt à soutenir. Souvent, les employeurs mettent en œuvre des politiques réellement désavantageuses pour les jeunes qui sont prêts à se lancer dans la réalisation de leurs rêves, ce qui suscite un débat animé sur le caractère approprié de certains types de contrats de stage, d'apprentissage ou de formation. Et les rares personnes qui commencent par être pleines de bonne volonté finissent souvent par baisser les bras.

Mais est-il vraiment vrai que les jeunes d'aujourd'hui n'ont aucune envie de travailler ? Découvrons-le ensemble avec l'histoire de ce jeune homme.

via: Ansa

Yuri Zaupa est un jeune chef de 23 ans qui vit en Italie. Il a commencé à travailler dès l'âge de 14 ans pour réaliser son rêve de devenir chef cuisinier, et depuis quelque temps, ce rêve commençait à se concrétiser. Il avait été engagé dans un restaurant fraîchement établi dans sa ville natale, où il avait l'occasion d'offrir son point de vue sur la cuisine locale en particulier et sur la cuisine méditerranéenne en général. Le contrat initial portait sur un emploi à temps partiel de 16 heures par semaine, mais les heures de travail réelles étaient bien plus nombreuses : jusqu'à 80 par semaine. Désireux de se donner une chance dans le secteur qu'il aime tant, Yuri s'est enthousiasmé pour l'expérience, espérant le contrat permanent que lui a promis le propriétaire.

 

Mais sa condition n'a fait qu'empirer : le jeune homme a travaillé pendant des mois pour un salaire ridicule de 100 ou 200 euros par mois et uniquement à sa demande : bien trop peu pour un jeune homme qui dirigeait seul une cuisine du petit-déjeuner au dîner. À chaque demande de régularisation, le propriétaire a refusé cette possibilité, car, selon lui, "les jeunes doivent être exploités, je n'ai jamais pris plus de 1200 euros par mois, alors tu ne les prendras pas non plus, quelles que soient tes compétences".

Mais Yuri, conscient de sa valeur, ne voulait plus accepter un tel traitement : alors que le restaurant connaissait un succès grandissant grâce à sa cuisine, il a cherché un emploi ailleurs et a démissionné au bout de six mois.

Advertisement

Le propriétaire se déclare "trahi, trompé, les jeunes ne sont pas fiables". Mais Yuri a l'intention de suivre sa propre voie : il a dénoncé la situation dans une publication sur Facebook et a l'intention de se tourner vers un avocat. Depuis quelques mois qu'il est là, il a entendu toutes sortes de remarques désobligeantes sur les jeunes travailleurs et a décidé de faire quelque chose à ce sujet. Espérons que cette fois, la justice fera ce qu'il faut.

"Borghese a vu juste : les jeunes n'ont pas envie de travailler et, après cette expérience, j'en ai certainement perdu un peu", a déclaré le jeune chef. Comment le lui reprocher ?

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci