x
La mère renonce à son autorité parentale…
Trouble de la personnalité narcissique : 5 caractéristiques communes pour le reconnaître et s'en distancer Un garçon fait exploser sa chambre avec des feux d'artifice sur le thème de Pikachu :

La mère renonce à son autorité parentale : "Je ne pouvais pas m'occuper d'elle" !

14 Juillet 2022 • Par Baptiste
710
Advertisement

Être parent est le plus vieux métier du monde et en même temps le plus compliqué. Aimer son enfant, sa propre chair et son propre sang, devrait être automatique, immédiat et inconditionnel. Cependant, il peut arriver qu'une mère ait le sentiment de ne pas pouvoir donner à son enfant ce dont il a besoin.

C'est le cas de Laury Leonardi, une jeune mère qui a exprimé son souhait de renoncer à l'autorité parentale sur sa fille de 3 ans. Selon son récit, la femme n'a jamais réussi à créer un véritable lien avec l'enfant.


Laury Leonardi est une jeune femme de 23 ans qui a raconté son histoire sur YouTube. Tombée enceinte à un très jeune âge, elle s'est retrouvée à devoir s'occuper de sa fille aînée complètement seule. Le père de la petite, en effet, les a quittés toutes les deux dès qu'il a appris la nouvelle. Cet événement a complètement changé sa vie, l'obligeant à assumer une responsabilité à laquelle elle n'était pas du tout prête.

"Les premiers mois, tout allait plutôt bien, je la nourrissais, je le faisais parce que c'était normal. Je l'ai baignée, je l'ai habillée comme on habille une poupée parce qu'on m'a dit que c'était comme ça, qu'il fallait la câliner", raconte-t-elle au début de la vidéo.

"Mais dès que c'était un peu plus complexe, comme jouer avec elle, la serrer dans ses bras, l'embrasser, lui lire des histoires, c'était compliqué. Je n'ai pas vraiment pu créer de liens avec elle."

Laury a poursuivi en disant : "C'était un bébé qui pleurait beaucoup, elle pleurait tout le temps". Au cours des premiers mois de la petite, elle a également dû suivre une thérapie psychologique et a été traitée avec des antidépresseurs. Elle a vécu des moments difficiles qui l'ont amenée à faire un choix difficile pour toute mère : demander l'intervention d'un travailleur social et renoncer à ses droits parentaux.

"Cela fait un an que je ne l'ai pas vue", a raconté la femme, expliquant que l'enfant lui a manqué, mais pas comme une fille, mais comme n'importe quel autre enfant.

"Je sais qu'elle est bien mieux sans moi, elle a tout ce dont elle a besoin. Ils l'ont placée en famille d'accueil, une famille formidable et c'est tout ce que je voulais pour elle, une vraie famille'.

Un choix sans doute difficile, mais qui a permis à la petite d'avoir une vie digne de ce nom et tout l'amour qu'elle mérite.

Et vous, que pensez-vous de ce choix ?

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci