Cette femme s'est rendue à Tonga pour un week-end avant la pandémie et y est bloquée depuis des mois - Curioctopus.fr
x
Cette femme s'est rendue à Tonga pour…
18 curieuses illusions d'optique qui ont mis nos yeux à rude épreuve Une jeune fille de 13 ans expulsée de l'école parce que ses vêtements

Cette femme s'est rendue à Tonga pour un week-end avant la pandémie et y est bloquée depuis des mois

02 Septembre 2021 • Par Baptiste
2.976
Advertisement

Zoe Stephens n'oubliera pas si facilement ce weekend prévu et vécu au début d'un événement historique crucial qui allait changer la face de la planète entière en un court laps de temps. Nous parlons de la pandémie de Coronavirus, la crise sanitaire qui, depuis le début de l'année 2020, fait rage pratiquement partout, n'épargnant que quelques endroits reculés et chanceux.

Des endroits comme les Tonga, où Zoe, une Britannique de 27 ans vivant en Chine, s'est rendue au moment où la pandémie était sur le point de frapper le plus durement. Au départ, son voyage ne devait durer qu'un week-end, mais au fil des événements, il s'est transformé en un séjour de plusieurs mois sur une île où le Covid-19 est inconnu. Ce n'est pas une coïncidence si son histoire est maintenant largement connue : Stephens est une femme qui vit vraiment hors de ce monde !

via: CNN Travel

"Je suis probablement l'une des rares personnes au monde à n'avoir jamais eu à porter un masque", a-t-elle déclaré, interrogée par CNN Travel. Qui ne rêverait pas de revenir à la façon dont on vivait avant l'apparition de la pandémie ?

Eh bien, Zoe n'a jamais cessé de le faire, grâce à sa décision de se rendre aux Tonga, ce royaume polynésien reculé de l'océan Pacifique Sud, l'un des rares pays au monde sans Covid ces derniers mois. Comment cela a-t-il été possible ? C'est simple : grâce en partie à une interdiction stricte de voyager à destination et en provenance de l'île, qui affecte tous les voyages internationaux à l'exception de quelques vols limités.

Et la jeune Britannique s'est retrouvée là, on pourrait dire au bon endroit au bon moment. Cependant, bien que cela puisse sembler idyllique à première vue compte tenu de ce qui s'est passé dans le monde, la jeune femme de 27 ans a déclaré que son expérience est loin d'être facile. Vivre sur une île aussi isolée, sans famille ni amis, et être coupée de son pays d'origine n'est pas une sinécure, notamment en raison des règles strictes qu'elle a dû respecter pendant les mois les plus difficiles de la pandémie.

Advertisement

"Pendant des jours et des jours, je n'étais autorisée à sortir de chez moi qu'une fois par semaine pour aller faire des courses, et on m'obligeait à enlever la plaque d'immatriculation et le nom de la voiture pour que je ne puisse pas bouger", a-t-elle déclaré. Bien que, durant ses premiers mois aux Tonga, Zoe ait gardé l'espoir d'un éventuel rapatriement en Chine, cela n'a pas été possible et elle n'a pas été autorisée non plus à rentrer au Royaume-Uni.

 

Le fait qu'elle avait prévu de rester aux Tonga pour une courte période n'a pas aidé, car elle s'y trouvait avec seulement quelques effets personnels pour un week-end et pas pour plus de 18 mois. "Si j'avais su, poursuit Stephens, j'aurais trouvé un emploi, appris la langue locale ou fait du bénévolat. Après plusieurs moments de désespoir, Zoe a toutefois décidé de prendre sa situation en main, louant une maison sur la plage et suivant un cours de master en communication en ligne. 

L'interdiction de voyager aux Tonga a été prolongée jusqu'en mars 2022, mais cette échéance pourrait être encore repoussée. Le "long week-end" de cette femme semble donc devoir se poursuivre pendant un certain temps encore !

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci