Lors de la peste de 1666, le village d'Eyam s'est mis en quarantaine, sauvant ainsi la vie de nombreuses personnes - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Lors de la peste de 1666, le village…
Coronavirus : une femme sans vergogne emporte tout le stock de papier toilette du supermarché Ce fleuriste français a emporté toutes ses fleurs invendues au cimetière de sa ville pour orner les tombes des défunts

Lors de la peste de 1666, le village d'Eyam s'est mis en quarantaine, sauvant ainsi la vie de nombreuses personnes

Par Baptiste
3.894
Advertisement

L'Histoire est un cycle permanent : elle parvient toujours à nous donner des leçons et des exemples auxquels s'inspirer pour le présent dans lequel nous vivons.

Un présent actuellement marqué par la propagation de la pandémie de coronavirus. Un problème mondial, qui rappelle les violentes contagions auxquelles l'homme a déjà dû faire face par le passé. La quarantaine, l'isolement, le confinement à domicile ne sont en effet pas des concepts nouveaux. En est la preuve l'histoire d'un petit village d'Angleterre, non loin de Sheffield, qui, lors de la grande peste de 1665-66, a su donner à tous un grand exemple d'intelligence et de clairvoyance.

Nous parlons d'Eyam, un petit village perdu dans la campagne anglaise qui a su comprendre à temps l'ampleur de l'épidémie qui se propageait rapidement de Londres à tout le pays, en se mettant préalablement en quarantaine.

Tout a commencé avec un tissu en provenance de Londres pour coudre des habits de fête. Les parasites de la peste, malheureusement, étaient déjà sur le tissu et il n'a pas fallu longtemps pour que la maladie arrive à Eyam, tuant d'abord l'assistant du couturier en septembre 1665. En quelques mois, le village, qui comptait quelques centaines d'habitants, a observé des dizaines de personnes infectées et de victimes.

Lorsque le printemps et l'été 1666 arrivèrent, la situation était si critique que plusieurs personnes avaient l'idée de fuir le village pour éviter de contracter la terrible maladie. C'est à ce moment que le révérend Mompesson et son prédécesseur Stanley ont compris que toute fuite ne ferait que diffuser le fléau aux zones environnantes. Ainsi, ils ont mis en place une série de mesures pour contenir la contagion : maintenir la distance entre les gens et cérémonies religieuses en plein air, parmi d'autres.

Jusqu'à ce que, poussés par l'aggravation de la situation, ils aillent jusqu'à mettre tout le village en quarantaine, proclamant l'interdiction d'entrer et de sortir du village. Les fournitures étaient apportées de l'extérieur et laissées en dehors du village. Aujourd'hui encore, les "pierres de confinement" sont là pour nous rappeler les limites d'Eyam, des frontières que l'on ne pouvait pas franchir.

Advertisement

Pendant les mois de quarantaine, ceux qui ont tenté de fuir le pays n'ont pas manqué, bien que la plupart de ses habitants aient accepté de bon gré l'isolement. Si la peste continuait à faire des victimes, les survivants ne manquaient pas, estimés à environ la moitié de la population d'Eyam. Des histoires tragiques et émouvantes sur cette période sont légion, comme celle de deux jeunes amoureux qui se rencontraient chaque soir de loin juste pour se regarder, sans rien se dire, seuls avec la force de leurs sentiments.

Les vicissitudes d'Eyam, de son isolement en quarantaine aux fuites de ses habitants qui allaient propager la peste, semblent très familières aujourd'hui. Dans la situation actuelle causée par le coronavirus, l'histoire de ce village anglais nous rappelle combien il est important de se protéger, même au prix de quelques sacrifices momentanés.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci