Un couple porteur de nanisme a trois enfants, le dernier est né avec une taille "standard" - Curioctopus.fr
x
Un couple porteur de nanisme a trois…
Bronzage embarrassant : 15 fois où les rayons du soleil ont laissé des marques Elle feint d'être malade pour aller regarder le match de l'Euro : son patron la voit à la télé et la licencie

Un couple porteur de nanisme a trois enfants, le dernier est né avec une taille "standard"

14 Juillet 2021 • Par Baptiste
586.790
Advertisement

Qu'est-ce qui peut être considéré comme "différent" et qu'est-ce qui, au contraire, est "normal" ? Charli Worgan et son mari Cullen Adams ont souvent été considérés comme différents car ils sont tous deux porteurs de formes rares de nanisme. Pour eux, cependant, cette "diversité" a toujours été un cadeau, c'est pourquoi ils ont toujours partagé leur vie - celle d'une famille lambda - sur les réseaux sociaux, en particulier sur Instagram. Et la vie a réservé un autre cadeau à ce couple : elle leur a donné trois beaux enfants.

via: kidspot

Beaucoup de personnes pensent que les personnes porteuses de nanisme ne peuvent pas concevoir d'enfants ou que, si cela est possible, ils naîtront avec des malformations ou seront eux-mêmes porteurs de nanisme. Mais ce couple a eu une grosse surprise. Charli est une Australienne porteuse d'achondroplasie, une forme de nanisme, et elle a épousé en 2012 Cullen, un homme porteur de dysplasie achromique, une condition qui empêche son corps de devenir plus grand. Les deux ont toujours rêvé de fonder une famille. Ils savaient que l'accouchement pour Charli pouvait cacher de nombreuses embûches et ils avaient peur que leurs enfants héritent de leur condition physique. Après des années de doutes et de craintes, Charli est toutefois tombée enceinte pour la première fois en 2015.

Comme la petite taille de Cullen et la mienne sont dues à des défauts génétiques différents, il y a quatre possibilités : notre fils pourrait avoir une taille normale ou naître avec mon achondroplasie ou la dysplasie achromique de Cullen. Il y a aussi la possibilité de développer les deux défauts, ce qui signifie qu'il ne survivrait pas longtemps après la naissance.

Advertisement

Ce sont les mots de la femme : la première grossesse s'est déroulée mieux que prévu et le premier-né a hérité du "défaut génétique" de l'achondroplasie maternelle ; Charli est retombée enceinte en 2018 et le second-né a hérité de la pathologie du père. En 2020, Charli tombe enceinte pour la troisième fois : le bébé n'a cependant pas hérité des particularités des parents, et est né avec une taille considérée comme "standard". La joie des parents lorsqu'ils ont appris la nouvelle était immense :

Je suis tellement heureuse d'être à nouveau enceinte cette fois-ci. Je suis également infiniment reconnaissante d'avoir eu de la chance à chaque fois avec mes enfants, en raison des risques génétiques qui auraient pu survenir. J'ai l'impression que ce bébé va me donner la satisfaction ultime parce que maintenant notre famille est enfin complète !

Une famille heureuse et unique dans sa "diversité", quoi d'autre importe ?

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci