Il a démoli plus de 40 pyramides à la recherche de trésors : l'histoire incroyable de Giuseppe Ferlini - Curioctopus.fr
x
Il a démoli plus de 40 pyramides à…
15 personnes ingénieuses qui ont conçu des systèmes de sécurité ratés mais hilarants 15 erreurs de conception si peu logiques qu'elles feraient honte à n'importe quel professionnel

Il a démoli plus de 40 pyramides à la recherche de trésors : l'histoire incroyable de Giuseppe Ferlini

30 Mars 2021 • Par Baptiste
2.216
Advertisement

Lorsque l'on se trouve devant des merveilles historiques telles que les pyramides, l'une des premières choses qui nous vient à l'esprit est la fascination qu'exercent ces constructions. Une splendeur qui mérite d'être redécouverte, comprise et mise en valeur : après tout, c'est cela l'archéologie. Mais que penseriez-vous si nous vous disions que, dans le passé, le rôle de l'archéologue était beaucoup moins attentif et précis qu'aujourd'hui, au point de dégrader des témoignages précieux sans trop de cérémonies ?

Pour le prouver, nous voulons vous raconter l'histoire de l'Italien Giuseppe Ferlini, un homme qui, dans l'intention d'exhumer des artefacts et des trésors anciens, a pratiquement démoli plus de 40 pyramides millénaires.

Bolognais de naissance, Ferlini a mené une vie aventureuse, qui l'a conduit à voyager dans les Balkans, en Grèce et en Égypte, où il a servi dans l'armée nationale pour la conquête du Soudan, occupant également la fonction de chirurgien. Nous sommes dans la première moitié du XIXe siècle, et l'intérêt pour l'Antiquité avait déjà éveillé la curiosité de nombreuses personnes, fascinées par les trésors archéologiques et la redécouverte des anciennes civilisations.

Le séjour de Ferlini en Égypte avait également ce but. Littéralement envoûté par la recherche d'or et de trésors précieux dans ces contrées orientales, l'Italien a décidé de se consacrer corps et âme à la découverte de ces vestiges. Pour mener à bien sa mission et cette tâche jugée fondamentale, il choisit le site de Méroé, une ancienne et fascinante cité située sur la rive orientale du Nil, dans l'actuel Soudan, capitale du royaume nubien de Koush.

C'est à cet endroit précis que les anciens pharaons se sont inspirés des Égyptiens pour ériger leurs pyramides. Bien que moins anciennes, plus petites et moins connues que les œuvres égyptiennes, ces œuvres monumentales sont tout aussi précieuses et inestimables. Lorsque Ferlini a pris connaissance du site et des éventuels trésors qu'il pouvait contenir, il a décidé de commencer les fouilles, de concert avec le marchand albanais Antonio Stefani.

 

Advertisement

Accompagnés de leurs épouses, de leurs domestiques et de leurs porteurs, ils s'installent sur le site archéologique en 1834 et entreprennent de déterrer les trésors. Compte tenu des mauvais résultats initiaux, Ferlini a décidé de passer à la vitesse supérieure et de se concentrer sur les pyramides. Ainsi, après avoir embauché environ 500 indigènes locaux, il a ordonné leur démolition à coups de pioches.

Les dommages causés aux belles structures se sont poursuivis sans relâche. De haut en bas, plus de 40 pyramides ont été démantelées et détruites. Les découvertes, cependant, n'étaient pas encore aussi stupéfiantes que Ferlini l'avait prévu. Les plus grands trésors ont été trouvés dans la plus grande pyramide, connue sous le nom de N6. C'était le tombeau de la reine Amanishakéto, qui a régné de 10 av. J.-C. à 1 ap. J.-C. En plus de son sarcophage, les chasseurs de trésors ont trouvé des amulettes, divers bijoux et des objets funéraires.

Craignant que les indigènes ne tendent une embuscade pour voler les précieux objets, Ferlini et Stefani ont pris tout ce qui leur tombait sous la main, ont chargé les chameaux et se sont enfuis de nuit, puis ont remonté le Nil jusqu'au Caire. À ce stade, il ne restait plus qu'à profiter de ce qu'ils avaient trouvé à Méroé. Entre les ventes, les dons et les ventes aux enchères, le trésor de Ferlini - ou plutôt des pyramides détruites - a fini dans différentes parties de l'Europe.

Bien qu'à l'époque il y ait eu de nombreux personnages qui, comme Ferlini, ont mené leurs "fouilles" sans aucune considération scientifique et sont tout de même passés à l'histoire, on se souvient aujourd'hui du Bolognais uniquement pour la destruction des pyramides.

Advertisement

Il est certainement étonnant aujourd'hui de lire le récit de ses aventures, des actions considérées comme parfaitement normales à une époque qui n'existe plus, et qui aujourd'hui - nous en sommes sûrs - feraient pâlir n'importe quel historien ou archéologue.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci