Deux ingénieures italiennes ont découvert un algorithme qui divise par deux le rayonnement absorbé par le corps lors d'un scanner - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Deux ingénieures italiennes ont découvert…
Ce lustre fait de verre et d'algues vertes est capable d'absorber le CO2 et de purifier l'air Cette sculpture hyperréaliste représente parfaitement la solitude dans laquelle vivent de nombreuses personnes âgées

Deux ingénieures italiennes ont découvert un algorithme qui divise par deux le rayonnement absorbé par le corps lors d'un scanner

Par Baptiste
3.781
Advertisement

Deux ingénieures italiennes, Michela D'Antò et Federica Caracò, ont trouvé un algorithme qui leur permettrait de réaliser des scanners avec la moitié du rayonnement actuel. La tomodensitométrie est un examen fondamental dans le diagnostic et le suivi de certaines maladies – pensez à la fréquence à laquelle les patients cancéreux doivent passer un scanner – mais cela implique un prix très élevé à payer : à chaque séance, le corps absorbe une quantité significative de rayons X. Tout pourrait changer grâce à la découverte des deux ingénieures de la Campanie, en Italie.

Les rayons X sont à la base du fonctionnement d'instruments comme la scanographie (tomodensitométrie), indispensable pour le diagnostic de certaines maladies graves mais qui sont nocives pour l'organisme au-delà d'un certain seuil. Si les examens de tomodensitométrie sont fréquents et rapprochés dans le temps, comme c'est le cas pour les patients atteints de cancer, ils peuvent avoir des effets secondaires.

On peut donc comprendre l'importance de la découverte faite par Michela D'Antò de la Fondation G.. Pascale et Federica Caracò de l'Université Federico II de Naples : les deux ingénieurs, lauréats du Prix Health technology challenge, ont développé un algorithme qui permettrait d'obtenir des images de bonne qualité tout en réduisant de moitié le nombre de rayonnements absorbés.

Grâce au travail des ingénieures, l'examen diagnostique resterait utile mais nettement moins invasif : un grand pas en avant compte tenu du fait qu'il s'agit souvent d'un examen indispensable.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci