La sécheresse fait apparaître un groupe de dolmens anciens : ce pourrait être le "Stonehenge espagnol" - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
La sécheresse fait apparaître un groupe…
En Alaska, c'est l'hécatombe pour les saumons : voici un autre effet du réchauffement climatique Le Danemark interdit l'utilisation des animaux dans les cirques et achète les 4 derniers éléphants restants pour les libérer

La sécheresse fait apparaître un groupe de dolmens anciens : ce pourrait être le "Stonehenge espagnol"

Par Baptiste
1.956
Advertisement

Tout le monde connaît le célèbre site archéologique anglais de Stonehenge. Le "cercle de pierres" mégalithique érigé entre 3100 et 1600 av. J.-C. est un lieu riche en mystères. Aujourd'hui encore, hypothèses et légendes courent sur son origine, ce qui rend cette œuvre néolithique encore plus intéressante.

Eh bien, "grâce" à la canicule qui a frappé l'Europe durant l'été 2019, l'Espagne pourrait maintenant aussi avoir "son" Stonehenge. Voyons de quoi il s'agit et comment il a été possible de revoir ces vestiges du passé.

via: RTVE

Nous sommes en Estrémadure, une région espagnole où la chaleur, en été, est vraiment intense. C'est une zone située dans le centre-sud du pays, à la frontière avec le Portugal, et qui n'a aucun débouché sur la mer. C'est aussi pour cette raison qu'il n'est pas rare que des températures extrêmes et des sécheresses se produisent ici. Et c'est précisement le cas pour le réservoir de Valdecanas, dans la province de Caceres.

Ici, les niveaux d'eau ont lentement baissé, au point d'évaporer à certains endroits. Et c'est précisément en raison de ce phénomène lié à la forte chaleur qu'une partie de l'histoire espagnole et mondiale s'est révélée au grand jour : un ensemble de plus de 100 pierres érigées dont beaucoup n'en avaient qu'entendu parler.

Les pierres, en effet, ont été recouvertes d'eau depuis plus d'un demi-siècle, et pourraient "disparaître" à nouveau avec l'arrivée des périodes plus riches en pluie. Le génie civil, au plus fort du développement dans les années 1960, a décidé d'ajouter un lac artificiel à l'endroit même où se trouve le Dolmen de Guadalperal – comme l'appellent officiellement les historiens – sans se soucier de la conservation d'un site d'une énorme valeur historique.

Advertisement

Selon les experts, le monument remonte au Ve siècle av. J.-C. et a été construit à cet endroit en raison de sa proximité avec les rives du Tage. Il aurait été un lieu de sépulture collective, avec une chambre ovale de 5 mètres de diamètre et un escalier d'accès de 21 mètres, avec diverses sculptures. Les effets du temps se font ressentir, aggravés par un manque de valorisation du site. L'espoir des habitants et des archéologues est donc maintenant de pouvoir déplacer le groupe de pierres dans une zone où elles peuvent rester visibles.

Pendant des décennies, les habitants de la région ont entendu parler d'un "trésor" caché sous les eaux du lac. Il est maintenant visible dans toute sa majesté, et le faire disparaître à nouveau serait une grosse erreur. Par rapport aux années 1960, il existe maintenant une plus grande prise de conscience de l'importance de la préservation de l'histoire, et cela devrait aider.

L'espoir est que le Dolmen de Guadalperal puisse être sérieusement pris en considération par les autorités, pour lui garantir une "nouvelle vie". Ce n'est qu'ainsi que l'Espagne et le monde entier pourront étudier et admirer un autre témoignage fondamental de nos origines

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci