Cet ours polaire a parcouru 1 600 kilomètres à la recherche de nourriture : il était si faible qu'il pouvait à peine bouger - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Cet ours polaire a parcouru 1 600 kilomètres…
La Suède recycle si bien qu'elle n'a plus de déchets : elle doit maintenant les importer de l'étranger Aux Philippines, une nouvelle loi oblige les étudiants à planter 10 arbres pour obtenir leur diplôme

Cet ours polaire a parcouru 1 600 kilomètres à la recherche de nourriture : il était si faible qu'il pouvait à peine bouger

1.798
Advertisement

À première vue, cela peut sembler une image évocatrice, presque surréaliste ou provenant d'un rêve éveillé. Un ours polaire qui se promène dans les rues d'une ville n'est certainement pas un spectacle que l'on voit tous les jours.

C'est pourtant exactement ce qui s'est passé à Norilsk, une ville russe du nord de la Sibérie, l'une des colonies les plus peuplées au-delà du cercle polaire arctique et parmi celles du nord du pays.

Bien sûr, les gens qui vivent dans un tel endroit sont habitués aux températures très froides et au climat polaire, mais ils ont été néanmoins stupéfaits d'assister à une telle scène.

L'ours, une femelle adulte, errait dans les rues affamée et affaiblie. L'animal n'était pas là pour une "visite de plaisir", mais pour des besoins tragiques, une fois de plus liés au changement climatique et au réchauffement climatique.

À mesure que la glace de l'Arctique fond, les ours polaires sont de plus en plus confrontés à un défi quotidien pour leur survie. Les surfaces givrées se réduisent, tandis que les surfaces submergées augmentent, ce qui fait de chaque mouvement un risque pour leur sécurité. En conséquence, la chasse est très compliquée pour ces créatures qui n'arrivent plus à accumuler les réserves d'énergie nécessaires.

D'après ce qui a été reconstruit, l'ours polaire aurait parcouru une distance de 1 600 kilomètres, des côtes de l'océan Arctique à la ville sibérienne, juste pour trouver quelque chose à manger.

Évidemment, pas à pas, il s'est perdu, arrivant en Sibérie avec sa santé sérieusement compromise par la faim.

L'ours est maintenant surveillé par les autorités locales pour l'empêcher de réagir agressivement contre ceux qui tentent de s'approcher. En attendant la décision du gouvernement central russe sur un éventuel "rapatriement" dans les glaces ou sur un transport vers le zoo de Krasnoyarsk, le sort du grand mammifère semble encore incertain.

Nous savons certainement que, si la glace continue de fondre au rythme auquel nous la perdons aujourd'hui, il ne sera pas rare de voir d'autres scènes semblables, de plus en plus loin de l'habitat naturel de ces animaux puissants mais fragiles.

Advertisement
Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci