La carte des tribus amérindiennes : un morceau d'histoire qui n'apparaît JAMAIS dans les livres scolaires - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
La carte des tribus amérindiennes :…
Les bénévoles nettoient une plage de déchets et retrouvent des emballages d'il y a 40 ans Venise ne cesse d'étonner : vue d'en haut, elle a la forme d'un élégant cygne qui déploie ses ailes

La carte des tribus amérindiennes : un morceau d'histoire qui n'apparaît JAMAIS dans les livres scolaires

107.168
Advertisement

Nous savons que l'histoire est écrite par les vainqueurs et dès le début de notre scolarité, nous nous habituons à lire les faits et les événements du passé de ce point de vue unique, où les héros, quels qu'ils soient et qu'importe les atrocités qu'ils ont commises, sont toujours les sauveurs du pays.
L'histoire du continent américain en est un exemple : un territoire déjà existant, re-découvert en 1492 par Christophe Colomb, qui apparaît dans les livres d'histoire comme le grand explorateur qui a découvert l'Amérique. Les peuples indigènes qui habitaient ces lieux ont été presque complètement exterminés les siècles suivants et, à ce jour, l'historiographie américaine a encore tendance à omettre la violence avec laquelle la conquête a été menée à bien.

Pourquoi n'y a-t-il aucune trace de la carte des tribus amérindiennes dans les livres d'histoire ? Une question provocatrice qui veut nous faire réfléchir sur des concepts tels que "extermination" et "génocide", mots longtemps évités par l'historiographie occidentale. Dans les écoles américaines, les populations autochtones ne sont toujours pas étudiées comme une partie fondamentale de l'histoire du continent. Cela nous fait réfléchir sur la version la plus répandue dans les livres d'histoire, mais aussi dans la culture occidentale en général : on parle de "découverte" de l'Amérique du Nord et non de "conquête", comme si avant l'homme blanc, le continent n'existait pas ou accueillait des populations sans valeur. Ce n'est que grâce à la sortie de livres tels que "Enterre mon cœur à Wounded Knee" et autres, au milieu du XXe siècle, que l'on a commencé à prendre conscience d'une histoire presque inconnue à l'époque. 

Au moment de la conquête, la population autochtone des Amériques comptait environ 500 millions de personnes. On estime qu'entre 80 % et 95 % de la population mondiale est décédée entre 1492 et 1550 à la suite de maladies importées par les Européens.

Au XIXe siècle, l'Amérique du Nord comptait plus de 1 000 tribus, alors qu'il n'y a aujourd'hui que 566 groupes ethniques distincts au Bureau des affaires indiennes. Pendant les guerres de conquête, l'ère du Far West et toutes les années suivantes, la population totale d'Amérindiens aux États-Unis a atteint son plus bas niveau historique de 250.000 personnes. Aujourd'hui, les Amérindiens sont légèrement plus nombreux (ils sont 2,9 millions) mais ils ne représentent que 1,5% de tous les Américains des Etats-Unis. Les tribus les plus peuplées sont les Navajos, les Cherokees, les Choctaw, les Sioux, les Chippewas, les Apache, les Pieds-Noirs, les Iroquois et les Pueblo.

Advertisement
image: cellcode.us

Les Amérindiens ne parlaient pas qu'une seule langue : il existe près de 1 000 formes de communication différentes. De ce nombre, il n'en reste que 296 aujourd'hui, et seuls quelques-uns résisteront à l'épreuve du temps.

image: Wikipedia

Ce que nous espérons, c'est que l'historiographie moderne pourra inclure cette partie très importante de l'histoire des peuples amérindiens, en rendant enfin justice à une population qui, déjà avant l'apparition de l'homme blanc, semblait très évoluée et avec des valeurs profondes, loin du désir de conquête et de la cruauté affichés par certains Européens.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci