La façade de cette église de Naples cache un secret enfoui depuis des siècles : une étude nous le révèle - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
La façade de cette église de Naples…
14 sculptures qui ont défié et gagné la bataille contre la force de gravité Plus de 70 ans après la fin de la guerre, la Grèce réclame des dommages à l'Allemagne

La façade de cette église de Naples cache un secret enfoui depuis des siècles : une étude nous le révèle

3.624
Advertisement

Naples, chef-lieu de la Campanie, est l'un des trésors italiens les plus précieux, si riche en art et en vues incroyables qu'une visite de la ville natale de la pizza fait partie des activités à faire au moins une fois dans sa vie. Naples, cependant, avec sa myriade d'églises anciennes, est aussi riche en secrets cachés dans l'architecture qui, au fil des siècles, ont éveillé des conjectures fascinantes. C'est ce qui s'est passé avec la façade de l'Église du Nouveau Jésus.

image: Facebook

Construite avec la technique du bossage en "pointe de diamant" où les blocs de pierre sont superposés de sorte que l'effet à l'œil est l'effet de poinçons massifs qui sortent de l'imposante façade, l'Église du Nouveau Jésus est née à la fin du XVIe siècle sur les fondations du précédent palais noble des Sanseverino grâce à la volonté de la Compagnie Jésuite, qui voulait fortement la restructuration de la façade. Celle-ci, selon les recherches entreprises depuis 2005 par l'historien d'art Vincenzo De Pasquale, cache en réalité des secrets insoupçonnables.

image: Facebook

L'historien de l'art et son collègue Salvatore Onorato ont remarqué que beaucoup des blocs de pierre en pointe de diamant qui constituaient la façade étaient marqués de quelques entailles qui, dans le passé et en général dans l'histoire de l'art, sont indiquées comme le signe de l'origine de chaque bloc. Mais en poursuivant ses recherches, Vincenzo De Pasquale découvre qu'il existait des théories selon lesquelles les entailles recélaient en elles des significations ésotériques et alchimiques cachées.

Après avoir soigneusement cartographié tous les blocs de pierre de la façade, De Pasquale et Onorato ont découvert que les entailles n'étaient rien d'autre que des lettres de l'alphabet araméen !

Advertisement
image: Facebook

La langue araméenne, celle parlée couramment en Palestine à l'époque de Jésus il y a plus de trois mille ans, était composée de 22 lettres de graphie différente, mais sur la façade du Nouveau Jésus de Naples il n'y avait que sept de ces symboles anciens. Et c'est là que la découverte la plus surprenante se révèle aux deux historiens de l'art : les sept lettres de l'alphabet araméen correspondent aux notes musicales, et toute la façade en pierre de taille est une énorme partition musicale laissée en tant que code par la famille Sanseverino au XVIe siècle avant l'arrivée, et les bouleversements structurels, des Jésuites.

Aujourd'hui, la partition reconstituée s'appelle la "partition Enigma", actuellement jouée avec l'orgue qui est un instrument de musique qui parvient à restituer dans son intégralité la beauté des notes et l'immense mystère qui se cache depuis des siècles derrière la célèbre façade de la riche église de Naples.

Avez-vous déjà visité la splendide église jésuite dans la capitale de la Campanie ? Connaissiez-vous l'histoire cachée derrière la magnifique façade ?

Tags: ArtCurieusesLieux
Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci