Il est de plus en plus évident que la maladie de Parkinson ne provient PAS du cerveau - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Il est de plus en plus évident que…
16 photos qui impressionneront même ceux qui pensent avoir déjà tout vu de ce monde 8 façons dont les pays du monde entier essaient de lutter contre la pollution... avec ingéniosité et créativité

Il est de plus en plus évident que la maladie de Parkinson ne provient PAS du cerveau

3.644
Advertisement

Le pape Jean-Paul II, Mohamed Ali, Davies Phinney, Michael J. Fox, sont tous des hommes célèbres. Malheureusement, ce n'est pas la seule chose qui les unit. Ils ont en commun la maladie de Parkinson. C'est une maladie neurodégénérative qui provoque la mort des cellules qui produisent la dopamine, un neurotransmetteur qui joue un rôle important dans de nombreuses fonctions cérébrales comme le comportement, la cognition, le mouvement volontaire, la motivation.

A ce jour, la maladie de Parkinson est incurable : les médicaments utilisés se limitent à combattre les symptômes de la maladie. Les causes de la maladie sont obscures depuis de nombreuses années, mais de nouvelles recherches nous ont permis d'entrevoir une lueur d'espoir.

Une étude réalisée en 2017 par Bojing Liu, chercheur au Karolinska Institutet de Stockholm, suggère que la maladie de Parkinson ne naît pas dans le cerveau, mais depuis les intestins et présente ses symptômes des années auparavant. Les chercheurs ont découvert que ceux qui avaient subi une vagotomie - une opération pour enlever le nerf vague, un nerf qui relie l'intestin au cerveau - étaient moins susceptibles de développer la maladie que ceux qui n'avaient pas subi l'opération.

L'étude a examiné les registres nationaux suédois pour comparer les données de ceux qui avaient subi une vagotomie avec celles de ceux qui n'avaient subi aucune chirurgie et a noté que, sur les 9 430 patients qui avaient subi une vagotomie, seulement 19 (0,78%) avaient développé la maladie de Parkinson après une vagotomie tronculaire (c'est-à-dire complète), tandis que 60 (1,08%) avaient développé cette maladie après une vagotomie sélective. Dans le groupe des personnes n'ayant subi aucune intervention chirurgicale, sur les 377 200 personnes examinées, 3 932 (1,15 %) avaient reçu un diagnostic de la maladie.

image: Pixabay

Cela a amené Liu et son équipe à relier la maladie de Parkinson aux intestins. L'étude semble confirmer d'autres données empiriques précédemment mises en évidence comme la constatation que les personnes atteintes de la maladie de Parkinson sont souvent affectées par des dysfonctionnements de l'appareil digestif (notamment la constipation).

La recherche suédoise confirme les résultats obtenus par des études antérieures sur le sujet. Par exemple, en 2016, un test chez la souris a montré des liens entre les infections bactériennes intestinales et la maladie de Parkinson, et en 2017, une étude américaine a révélé qu'il existe des différences entre les bactéries intestinales dans le corps d'un homme en bonne santé et celles qui vivent dans le corps d'un homme atteint de cette maladie.

Liu, cependant, a voulu souligner que la maladie de Parkinson est multifactorielle et que, pour la combattre, il faut en découvrir toutes les causes. Quoi qu'il en soit, la recherche nous rapproche un peu plus de la découverte de l'origine de la maladie de Parkinson et nous permet d'espérer une évolution positive concernant cette maladie.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci