Il est temps de dire STOP aux ballons en plastique : les lâcher dans le ciel, c'est un acte contre la nature ! - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Il est temps de dire STOP aux ballons…
Les plus belles histoires de héros qui ont aidé l'humanité en silence Les paresseux vivent plus longtemps – et cette fois, c'est la science qui le dit

Il est temps de dire STOP aux ballons en plastique : les lâcher dans le ciel, c'est un acte contre la nature !

3.449
Advertisement

C'est l'anniversaire de votre nièce. Ou c'est la fête de remise des diplômes de votre amie. Ou encore, c'est la célébration du 50e anniversaire de mariage de vos parents. C'est un anniversaire important et vous voulez le célébrer. Vous avez acheté de la nourriture, acheté des boissons, invité des amis et de la famille et emballé le cadeau. Ah, et puis il y aussi les ballons ! On les achète ? Voilà pourquoi la réponse devrait être non.

image: maxpixel.net

Selon une étude menée par l'Université de Tasmanie (UTAS), rien que dans l'État de Californie, entre 45 et 50 millions de ballons sont vendus chaque année. Ils sont utilisés pour toutes sortes de célébrations et libérés dans le ciel. Leur fin est facile à prévoir : ils explosent et tombent dans l'eau ou dans la nature, et y restent pendant des jours (ou plutôt mois). Tout cela entraîne une pollution énorme. Mais ce n'est pas tout.

Lauren Roman, chercheuse ornithologue à l'UTAS, et Chris Wilcox, professeur à l'UTAS, ont découvert que chaque année des milliers d'oiseaux de mer ingèrent de grandes quantités de plastique flottant dans la mer. Ce qui inquiète les deux scientifiques, ce n'est pas le plastique dur, difficile à avaler, mais plutôt le plastique mou, celui dont les ballons sont faits (mais aussi les sachets de chips, les semelles de chaussures, les câbles USB, etc.). De fait, les oiseaux de mer se jettent sur ces déchets plastiques - confondus comme nutriments - et les ingèrent. Les deux chercheurs ont découvert que, bien que le plastique mou ne représente que 5% des substances ingérées par les oiseaux marins, il est la cause de la mort de ces espèces qui vivent à la surface de l'eau dans 40% des cas.

image: pexels

Comme l'ont montré des études similaires sur les tortues de mer, les plastiques mous, une fois ingérés, ont tendance à se compacter les uns aux autres, en formant un bloc unique qui peut causer des obstructions mortelles dans le tractus gastro-intestinal des animaux qui les mangent. En observant les oiseaux, on a vu que le plastique ingéré appartenait, dans presque tous les cas, à celui avec lequel les ballons sont produits.

Selon Roman et Wilcox, le plastique ingéré est devenu une menace mondialement reconnue. Les deux chercheurs ont donc exprimé l'espoir que les gouvernements mettront en œuvre dès que possible des politiques de protection des espèces marines, comme c'est le cas pour les espèces terrestres.

Nous pouvons cependant faire le premier pas : la prochaine fois que nous aurons un événement à célébrer, évitons le lâcher de ballons.

Source:

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci