Les paresseux vivent plus longtemps – et cette fois, c'est la science qui le dit - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Les paresseux vivent plus longtemps…
Il est temps de dire STOP aux ballons en plastique : les lâcher dans le ciel, c'est un acte contre la nature ! 17 images fascinantes qui racontent certains détails de l'histoire du 20e siècle

Les paresseux vivent plus longtemps – et cette fois, c'est la science qui le dit

Par Baptiste
3.004
Advertisement

Le matin vous n'avez aucun envie de vous lever et l'après-midi vous avez hâte de passer quelques minutes sur le canapé ? Combien de fois vous a-t-on accusé de paresse ? Eh bien, le temps est venu pour vous de prendre votre revanche concernant la lenteur qui vous distingue, et ce avec le consentement de la science ! 

Une équipe de paléontologues de l'Université du Kansas a mené des études sur 299 espèces de gastéropodes (escargots, escargots) et de bivalves (huîtres, tellines, moules) dans l'océan Atlantique, disparus au Pliocène (entre 5,5 et 2,5 millions d'années) ou toujours vivants. Les chercheurs ont essayé de comprendre les causes de l'extinction des ancêtres des mollusques encore existants et ont fait une découverte très intéressante : c'est la paresse qui a permis à certaines de ces espèces de résister jusqu'à nos jours !

Lorsque les chercheurs ont calculé les taux métaboliques de repos pour chaque espèce, ils ont constaté que la consommation d'énergie était beaucoup plus élevée pour les 178 espèces disparues que pour celles qui vivent encore aujourd'hui. Bruce Lieberman, professeur d'écologie et de biologie de l'évolution qui a dirigé la recherche, a résumé le concept comme suit : "Plus le taux métabolique est bas, plus l'espèce à laquelle vous appartenez aura de chances de survivre". En fait, les espèces dont le métabolisme est plus lent ont besoin de moins de nourriture pour survivre, tandis que les espèces plus actives sont obligées de se nourrir continuellement, ce qui, en période de famine, peut devenir un problème mortel. Ces travaux pourraient aider les écologistes à prédire quelles espèces pourraient disparaître plus tôt, puisque l'un des effets possibles du réchauffement planétaire est la famine. La prochaine étape consistera à déterminer si le métabolisme peut jouer un rôle dans l'extinction d'autres animaux.

Cependant, Lieberman a souligné qu'il n'existe pas de corrélation parfaite entre la paresse et la survie ou entre l'activité et l'extinction et que les causes de la disparition de certaines espèces sont innombrables et encore inconnues. Cependant, l'étude a montré qu'un métabolisme plus lent peut être une bonne arme contre la fin de son espèce.

En tout cas, les chercheurs ont mis en garde les paresseux contre le fait de trop se laisser aller : la paresse n'est pas toujours payante. Par exemple, la paresse et la superficialité avec laquelle le genre humain lutte contre la pollution ne représente pas une opportunité pour notre espèce d'éviter l'extinction. C'est plutôt l'assurance de notre prochaine apocalypse.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci