Les douleurs menstruelles sont comparables à une crise cardiaque, selon une étude - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Les douleurs menstruelles sont comparables…
Voilà pourquoi nous devrions tous voyager seuls au moins une fois dans notre vie Le tournant de la batterie liquide, qui produit de l'électricité et de l'hydrogène à partir du CO2 présent dans l'air

Les douleurs menstruelles sont comparables à une crise cardiaque, selon une étude

1.918
Advertisement

L'un des thèmes autour desquels circulent encore des informations erronées, des préjugés et des tabous concerne le cycle menstruelle : s'il est aujourd'hui nettement plus facile de s'informer correctement, ce sujet continue d'être relégué presque exclusivement à une discussion intime entre femmes, comme si les oreilles des hommes n'étaient pas assez fortes pour appréhender certaines réalités ; ou pire encore, comme s'il ne s'agissait pas d'un thème digne d'intérêt.

Au contraire, les menstruations devraient faire l'objet d'une attention publique, étant donné qu'il s'agit d'un mal-être mensuel de la moitié de la population mondiale ; une douleur qui peut parfois être si intense qu'elle empêche la réalisation des activités quotidiennes.

Selon une enquête menée en 2016 par John Guillebaud, professeur de santé reproductive à l'University College of London, les douleurs menstruelles sont douloureuses comme une crise cardiaque ; et si la dysménorrhée touche une femme sur cinq, elle n'est toujours pas reconnue comme une urgence médicale. En fait, la même étude a révélé l'absence d'analyse approfondie ainsi que l'absence d'attention au problème représenté par les douleurs menstruelles, sous-estimées comme un simple inconfort et traitées substantiellement avec des analgésiques mineurs - ibuprofen ou paracétamol. Ceci met en évidence le préjugé qui les considèrent comme un mal-être commun à toutes les femmes, c'est pourquoi elles ne mériteraient pas trop d'attention, car elles sont supportables, légères et surtout transitoires.

Cependant, cette mauvaise prise en compte du trouble finit parfois par empêcher la détection de problèmes plus graves, comme l'endométriose, une maladie dont on estime qu'elle est diagnostiquée avec un délai moyen de sept ans après l'apparition des symptômes.

Une enquête d'un groupe parlementaire anglais sur la santé des femmes a montré que 40 % des 2 600 femmes atteintes d'endométriose ont déclaré avoir été examinées au moins 10 fois avant que la maladie soit diagnostiquée.

Ce retard affecte la façon de traiter et de résoudre cette maladie, qui touche une femme sur dix dans le monde, et entraîne des douleurs intenses, des saignements, une tension artérielle basse et des vomissements - un symptôme comparable à une invalidité professionnelle.

Il est donc nécessaire d'attirer l'attention sur cette pathologie et, d'une manière générale, sur la question des menstruations, afin de leur attribuer la juste attention, et d'identifier des traitements plus spécifiques, le tout dans le but de protéger la santé des femmes.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci