Il est le lauréat du prix Nobel le plus âgé du monde : à 96 ans, il crée un "entonnoir" solaire qui pourrait révolutionner le monde - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Il est le lauréat du prix Nobel le…
Son fils ne répond jamais au téléphone : le père crée une application qui le force à le faire 23 astuces d'il y a 100 ans qui sont étonnamment utiles encore aujourd'hui

Il est le lauréat du prix Nobel le plus âgé du monde : à 96 ans, il crée un "entonnoir" solaire qui pourrait révolutionner le monde

Par Baptiste
4.664
Advertisement

Il existe des personnalités particulièrement visionnaires et infatigables dans le monde, dont le seul but est de concevoir, d'inventer et de mettre en œuvre de nouvelles façons de mener des activités et de résoudre des problèmes, des plus simples aux plus complexes. Ces personnes ont le mérite de faire progresser les connaissances et la technologie humaines au fil des décennies, consacrant une grande partie - sinon la totalité - de leur vie à résoudre des questions. L'un de ces esprits brillants et infatigables est certainement Arthur Ashkin, le lauréat du prix Nobel le plus âgé du monde.

À l'âge vénérable de 96 ans, le scientifique a fait l'expérience d'une nouvelle forme de concentration énergétique dans son sous-sol, qui pourrait être vitale dans les décennies à venir.

Sa relation particulière avec la lumière avait déjà porté ses fruits. Ashkin a travaillé aux Bell Labs des années 1960 aux années 1980, et ses recherches lui ont valu un prix Nobel de physique en 2018. Au cours de ses études, il développe ce qu'on appelle des "pinces optiques", une technologie capable de faire léviter des corps minuscules grâce à la lumière.

Sa découverte a eu un énorme retentissement dans le domaine scientifique : en plus de donner une forte impulsion à l'étude de l'ADN, la technologie a permis de réaliser un test particulier pour le paludisme, et a également été utilisée dans de nombreux autres domaines de la nanotechnologie et la biologie.

Mais pour l'esprit du scientifique, particulièrement avide de connaissances et d'innovation, cela ne semble pas suffisant.

Lorsqu'Atkins a quitté Bell Labs en 1992, il a eu l'opportunité d'emporter des équipements avec lui. Il les a mis dans son sous-sol, qui est devenu son petit laboratoire domestique. Et c'est là qu'il a commencé à mener des expérimentations avec sa lumière bien-aimée, en arrivant à ce qu'il considère comme une réalisation qui fera date.

Grâce à l'utilisation habile des géométries, Atkins aurait développé un "entonnoir" capable de concentrer les rayons lumineux pour obtenir le maximum d'énergie ; cette technologie permettrait de maximiser l'efficacité des panneaux solaires existants, voire d'en créer de nouveaux beaucoup moins coûteux et plus simples. C'est une technologie qui aurait un coût dérisoire et - selon Atkins - elle pourrait révolutionner le monde.

Advertisement

Nous utilisons le conditionnel non pas parce que nous voulons remettre en question ses affirmations, mais parce que l'avide savant n'a pas encore révélé les détails de sa découverte, qu'il a l'intention de publier bientôt dans le célèbre magazine Science. Ses études et ses expériences ont produit un résultat exceptionnel, qu'il est encore en train de traduire en calculs et en procédures en mesure d'être lus et compris par les autres.

Nous ne pouvons pas être sûrs que ce résultat l'amènera - comme il le dit presque en plaisantant - à gagner un deuxième prix Nobel, mais il est probable qu'un tournant dans la "collecte" de l'énergie lumineuse approche. Après tout, les recherches d'Atkins ont déjà sauvé des milliers de personnes, et il peut compter sur le soutien de son épouse, une illustre chimiste : bref, les conditions d'une découverte "éclairante" semblent être réunies.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci