Une jeune femme de 24 ans découvre une nouvelle façon de décomposer le plastique et l'éloigner des océans - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Une jeune femme de 24 ans découvre…
8 types de champignons qui ressemblent davantage à des créatures extraterrestres Les chercheurs ont découvert une source de chaleur qui fait fondre l'Antarctique par en dessous

Une jeune femme de 24 ans découvre une nouvelle façon de décomposer le plastique et l'éloigner des océans

2.444
Advertisement

Un bon pourcentage des articles de vulgarisation scientifique se concentre maintenant sur un fait alarmant : la quantité de déchets plastiques dispersés sur Terre a atteint un niveau inacceptable. Ce qui, il y a quelques années encore, n'était qu'une "légère" nécessité est devenu une urgence.

Une jeune femme de 24 ans, diplômée de l'Université de Pennsylvanie, semble avoir fait un grand pas en avant à cet égard. Miranda Wang, en collaboration avec sa collaboratrice Jeanny Yao, a mis au point un système qui pourrait éloigner le plastique jetable de l'environnement naturel.

image: BioCellection

Le résultat des études de la jeune fille est BioCellection, une start-up qui se concentre sur le recyclage du polyéthylène, la matière plastique la plus courante et la moins recyclable. Particulièrement utilisé dans l'emballage et le transport, il n'est réutilisé ou détruit qu'en partie : le reste finit dans l'environnement (on estime que chaque année plus de 8 millions de tonnes de plastique se retrouvent dans les océans).

Le procédé BioCelection utilise un catalyseur spécial pour décomposer le polyéthylène en produits chimiques plus simples, utiles pour la fabrication d'autres objets, tels que des matériaux de construction de dernière génération.

image: BioCellection

Le fondatrice tient à souligner que cette méthode n'entend pas ouvrir un nouveau marché et de nouveaux procédés de recyclage, mais de soutenir (et peut-être de remplacer) les procédés traditionnels, afin de ne pas forcer les entreprises impliquées dans l'élimination à transformer radicalement les usines (ce qui aurait un coût énorme, économique et énergétique).

L'une des forces du procédé est la température : alors que les méthodes traditionnelles fonctionnent à 500-1000 degrés, BioCellection nécessite une température fixée à 120 degrés. Cela rend cette technologie beaucoup plus facile à utiliser, même pour les petites installations.

En se concentrant uniquement sur le polyéthylène, ce procédé permet d'atteindre un taux de recyclage (c'est-à-dire un rendement en matériaux purifiés et réutilisables) de 99,5% : à l'heure actuelle, nous avons atteint plus de 80%, mais Wang est sûre de dépasser les 90% à la mi-2019, afin d'ouvrir la commercialisation du brevet.

Advertisement
image: BioCellection

Cette accélération incroyable sera également possible grâce aux prix et aux investissements : en novembre 2018, l'entreprise a reçu 100 000 $ du UCLA Institute of the Environment and Sustainability, qui récompense les innovateurs de moins de 40 ans.

Si tout se passe comme prévu, à partir de l'année prochaine, les montagnes en plastique pourraient devenir aussi précieuses que les gisements de pétrole. Et ça les éloignerait enfin des océans.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci