La tristesse du mois d'août a un nom : voici pourquoi elle nous frappe et comment la surmonter. - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
La tristesse du mois d'août a un nom…
Ces photos satellites nous montrent des pays européens entiers transformés par la chaleur et la sécheresse. 9 faits fascinants et surprenants concernant certaines des civilisations les plus puissantes du passé.

La tristesse du mois d'août a un nom : voici pourquoi elle nous frappe et comment la surmonter.

3.272
Advertisement

Août : Les bureaux et la ville sont vides et vous partez enfin en vacances. Alors, comment expliquer ce mal-être subtil qui affecte beaucoup d'entre nous juste pendant le mois où nous devrions laisser derrière nous nos anxiétés pour se détendre et recharger nos batteries ?

Stephen Ferrando, directeur du service psychiatrique au Westchester Medical Center, nous fournit une analogie simple, capable de donner enfin un sens à l'étrange mélancolie qui nous saisit en ce dernier mois d'été : elle est semblable au "blues du dimanche soir" ou à la tristesse du dimanche soir qui annonce le début d'une semaine de travail fatigante.

Voyons en détail ce qu'est "l'august blues" et comment l'affronter de la meilleure façon possible.

Le blues d'août : définition et symptômes

image: pixabay

Si pendant cette période vous sentez que vous n'avez pas d'énergie, une fatigue excessive par rapport aux efforts de la journée, vous avez toujours sommeil et faim, vous êtes probablement une victime du blues d'aout : la mélancolie du mois d'août qui dure un mois.

Comme l'explique le Dr Ferrando dans Science of Us, cette tristesse touche à la fois ceux qui aiment l'été et ceux qui ne le supportent pas : le premier, en fait, parce que la saison bien-aimée tire à sa fin et il faut retourner au travail, le second parce qu'ils sont impatients de passer à la suivante. Cependant, les deux groupes auraient en commun un sentiment de culpabilité ou d'insatisfaction de ne pas en faire assez ou de ne pas donner le meilleur d'eux-mêmes pendant l'été.

Rachel Annunziato, professeur de psychologie à l'Université de Fordham, précise que des enfants et des adultes peuvent en être victimes : Septembre est associé par tous au début de la nouvelle année, un mois attendu qui peuvent générer des angoisses et des craintes qui peuvent nous atteindre au cours du dernier mois de l'été.

Si ce sentiment se répète chaque année, on peut parler de Syndrome Affectif Saisonnier (SAD) : une forme dépressive qui, contrairement à celle "végétative" hivernale, implique plus d'anxiété et d'excitation et se caractérise par une tension à "devoir faire quelque chose".

Comment réagir au blues d'août ?

D'après Rachel Annunziato, la première règle à garder à l'esprit pour faire face au blues du mois d'aout est d'être indulgent envers soi-même : "Parfois je me sens coupable de prendre une pause pendant ce mois et je pense que je devrais me bouger", a expliqué le psychologue. "Mais je pense qu'il est important de se donner un autre petit répit, si nous ne l'avons pas fait auparavant."

Il est encore temps de se reposer, et en attendant, vous pouvez gérer l'anxiété en adoptant une vision à long terme et en planifiant le travail, en maintenant toujours un rythme lent. Avant tout, il est essentiel de prendre du temps pour soi, d'apprendre à s'écouter, d'être conscient des besoins de son corps et de son esprit.

De cette façon, nous pouvons vraiment recharger nos batteries et être prêts pour un nouveau départ.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci