L'île aux cannibales de Nazino : une page terrible et peu connue de l'histoire de l'Union soviétique - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
L'île aux cannibales de Nazino : une…
Températures record dans le cercle polaire arctique : la fonte des glaces est à un point de non retour 23 objets ingénieux qui pourraient vraiment transformer votre vie

L'île aux cannibales de Nazino : une page terrible et peu connue de l'histoire de l'Union soviétique

Par Baptiste
8.154
Advertisement

Lorsque nous parlons des "horreurs du totalitarisme", nous devrions prendre le mot au pied de la lettre. En plus des histoires de répression "ordinaire" que nous connaissons, du fin fond du XXe siècle émergent des événements dignes de films d'horreur.

L'un d'entre eux est notamment "l'Affaire de Nazino", certainement l'un des moments les plus sombres de l'Union soviétique, une tragédie dépourvue de toute compassion humaine.

Cette affaire fait partie des déportations massives vers la Sibérie qui ont caractérisé le régime stalinien. Dans les années 1930 fut fondé le Goulag, la police spéciale chargée de rafler tous les ennemis de classe, c'est-à-dire les bourgeois et les propriétaires terriens, mais aussi les criminels de droit commun et les dissidents politiques, pour les déporter dans des camps de travail dans l'une des régions les plus froides du pays, comme s'ils étaient des "colons". Des colons traités durement par les gardes du régime, mal nourris et déguisés.

image: Wikimedia

Au printemps 1933, le camp d'internement de Tomsk, en Sibérie occidentale, explose : 25 000 prisonniers contre 15 000 prévus. La solution des autorités a été pire que le problème. On ne sait pas quelle était l'intention derrière la décision folle prise par les officiers du goulag, le fait est qu'ils ont embarqué environ six mille personnes sur l'île voisine de Nazino, un endroit minuscule et très froid.

Advertisement

Plus de deux cents prisonniers sont morts de faim avant d'atteindre l'île. Sur l'île, les gardes tiraient sur tous ceux qui tentaient de s'échapper ou désobéissaient aux ordres et les prisonniers étaient nourris avec très peu de pain ou même de la farine.

Bientôt, des guerres internes éclatèrent entre les déportés qui se volèrent les quelques objets de valeur les uns des autres. De vrais gangs régissaient les lieux, allant jusqu'à torturer et tuer les autres prisonniers, mais aussi pour se nourrir d'eux. Il existe de nombreuses histoires qui racontent en détail les cruautés subies par les sujets les plus fragiles et il est difficile de distinguer la vérité de la légende.

La situation s'est poursuivie pendant trois mois avant que les autorités centrales n'y mettent fin, ramenant les survivants sur le continent et condamnant enfin les responsables de ce délire. A Nazino, quatre mille hommes ont perdu ainsi la vie, d'une manière horrible.

La vérité sur ces jours-là n'a été rendu public qu'avec la glasnost et la chute de l'Union soviétique.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci