Les scientifiques découvrent que les plantes ont un "cerveau" qui décide quand elles doivent se reproduire

Baptiste

04 Mai 2018

Les scientifiques découvrent que les plantes ont un
Advertisement

Dans leur très longue histoire évolutive, les plantes ont acquis des caractéristiques et des capacités pour le moins étonnantes et, comme le révèle une étude de l'Université de Birmingham, elles pourraient même en être venues à développer des processus décisionnaires similaires à ceux d'un cerveau.
Bien sûr, rien de comparable à celui des animaux, mais un cerveau que l'on pourrait voir comme une centrale opérationnelle gérée par des cellules qui jouent un rôle crucial dans les processus de reproduction des plantes.

via eurekalert.org

Advertisement

Ce que les scientifiques ont découvert vous étonnera et vous fera sourire !

Ce que les scientifiques ont découvert vous étonnera et vous fera sourire !

Pixabay.com

Les chercheurs de l'université anglaise ont identifié dans les embryons végétaux, dans ce cas de l'espèce Arabidopsis thaliana, des cellules qui jouent un rôle fondamental dans l'évaluation des conditions environnementales et climatiques environnantes et, par la suite, dans la détermination du moment le plus approprié pour la germination des graines.
Plus précisément, ils ont observé que ce centre opérationnel est géré par deux types de cellules : l'une qui encourage les semences à rester dormantes et l'autre qui les encourage à commencer à germer. Elles communiquent entre elles par un échange d'hormones et, grâce à la création d'une version génétiquement modifiée de la plante, les scientifiques ont pu pour la première fois observer le positionnement de ces deux ensembles de cellules et leur échange d'informations.

"Notre travail révèle une séparation cruciale des composants qui mènent à bien ce processus décisionnel dans une plante", explique George Bassel, directeur de l'étude. "Ces cellules se comparent entre elles pour s'assurer que le moment de la germination ne se produit pas avant qu'un accord n'ait été conclu sur les conditions environnementales environnantes."

Un autre scientifique qui a participé à l'étude conclut : "C'est un peu comme lire diverses critiques avant de décider d'aller au cinéma pour voir un film en particulier."

Source:

http://www.pnas.org/content/early/2017/05/31/1704745114

Advertisement