L'histoire de Virginia Apgar, la femme qui a inventé une méthode pouvant sauver des milliers de nouveau-nés - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
L'histoire de Virginia Apgar, la femme…
6 mauvaises habitudes que nous avons tous et qui nous empêchent d'épargner comme nous le voudrions Marie Curie est morte il y a plus de 80 ans, mais sa dépouille et ses objets sont encore dangereusement radioactifs

L'histoire de Virginia Apgar, la femme qui a inventé une méthode pouvant sauver des milliers de nouveau-nés

Par Baptiste
2.224
Advertisement

Virginia Apgar est une femme bien connue et admirée dans le monde de l'obstétrique moderne, puisque tous les bébés qui viennent au monde à l'hôpital sont en quelque sorte vus avec ses yeux.
Immédiatement après la naissance, les nouveaux-nés sont soumis à une série d'observations qui font partie de ce que nous appelons maintenant le score d'APGAR, un système utilisé pour évaluer la santé du nouveau-né d'une manière nouvelle à l'époque et qui a permis de sauver de nombreuses vies.

De la chirurgie à l'anesthésie, pour arriver à l'anesthésie obstétrique.

Virginia Apgar obtint son diplôme de médecine en 1933, à l'âge de vingt-quatre ans. A cette époque, l'Amérique se remettait de la terrible crise de 1929, qui obligea Apgar à demander un prêt à des amis de la famille pour poursuivre ses études.
Elle décida de se consacrer à la chirurgie mais le professeur qui la suivait, sachant que la concurrence masculine ne lui permettrait pas d'obtenir une place, l'a poussée à essayer la branche de l'anesthésie.

Un dur parcours.

image: nih.gov

Son parcours dans le secteur de l'anesthésie fut également difficile parce qu'il n'y avait pas de logement pour les femmes lors des voyages qu'elle devait faire pour visiter les structures du pays et que les postes qui lui étaient offerts n'étaient pas rémunérés.
En 1938, elle a finalement réussi à terminer ce programme d'études et à son retour à New York, plus précisément au Columbia Presbyterian Hospital, non seulement elle commença à travailler, mais elle fut même nommée chef du service d'anesthésie.

Advertisement

Sa soif de connaissances et sa volonté d'aider les patientes l'ont poussée à se spécialiser davantage et c'est en 1949 qu'elle en est venue à s'occuper de l'anesthésie obstétrique : à l'époque la mortalité des femmes pendant l'accouchement était encore élevée et Virginie voulait faire quelque chose, à la fois pour assurer la bonne dose d'anesthésie dans les cas de césarienne et pour prévenir la mort de l'enfant.

En plus d'arriver à la conclusion que l'anesthésie générale était bien plus susceptible de causer des problèmes respiratoires à l'enfant une fois né, le Dr Apgar a apporté sa plus grande contribution dans le domaine de la réanimation de l'enfant : convaincue que les techniques d'intervention utilisées jusqu'alors étaient nocives, elle a développé un score à attribuer à chaque fonction vitale de l'enfant qui déterminerait au mieux son état de santé et s'il fallait ou non le réanimé.
Le code a été officiellement présenté au congrès de l'International Anesthesia Research Society en 1952 et publié l'année suivante sous le nom de "Newborn Scoring System", mais en 1962, un médecin nommé Joseph Butterfield trouva un moyen de reconnecter le nom d'Apgar à celui-ci et a inventé l'acronyme qui est encore étudié aujourd'hui :

A → Apparence (coloration)
P → Pouls (fréquence cardiaque)
G → Grimace (réflexes aux stimuli)
A → Activité (tonus musculaire)
R → respiration (efforts respiratoire)

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci