Renards génétiquement modifiés: l'horrible vérité derrière le marché de la fourrure

Baptiste

31 Août 2017

Renards génétiquement modifiés: l'horrible vérité derrière le marché de la fourrure
Advertisement

Si vous pensiez que les batailles menées dans les années 90 pour contrecarrer l'horrible mode des fourrures avaient abouti à des résultats définitifs, vous vous faites des illusions: les images et l'enquête relative publiée par l'Association finlandaise Oikeutta Eläimille nous révèlent en revanche un marché florissant, qui utilise même des stratagèmes scientifiques pour maximiser ses profits.

Les photos ont été réalisées dans divers élevages finlandaises (la Finlande détient la plus grande production de fourrures de renard dans le monde) et montre combien, encore une fois, l'humain peut être capable du pire. Pour obtenir une plus grande quantité de fourrure de chaque animal, les entreprises ont créé des renards génétiquement modifiés, dotés d'une fourrure monstrueusement abondante.

via Oikeutta Eläimille

Advertisement

Oikeutta eläimille/Flickr

La modification génétique, résultant de décennies d'accouplements sélectifs, porte avec elle d'autres conséquences, telles que les problèmes de vue et la déformation des membres: les pauvres créatures ont d'énormes difficultés à se déplacer, et sont même souvent incapables de marcher.

 

Oikeutta eläimille/Flickr

Imaginez que ces animaux dans la nature pèsent environ 4/5 kg, ces versions «artificielles» créées par l'industrie peuvent atteindre jusqu'à 20 kg.

 

Advertisement

Oikeutta eläimille/Flickr

Les pauvres animaux, avant de finir comme vous pouvez l'imaginer, passent leur vie dans de minuscules cages. Ici, ils développent des comportements maniaques et répétitifs, typiques de ceux qui, structurés pour courir et chasser, se trouvent enfermés dans une cage en fer d'un mètre carré.

Beaucoup finissent par succomber au cannibalisme, en mangeant leurs compagnons les plus faibles ou mourants.

Oikeutta eläimille/Flickr

Oikeutta eläimille/Flickr

Malgré les interdictions et les restrictions, ce marché tue encore 40 millions d'animaux chaque année, pour les transformer en ornements pour sacs, manches, capuches pour doudoune etc.

La prochaine fois que vous ferez du shopping, souvenez-vous de ces images et demandez-vous: est-ce que je veux vraiment prendre part à tout cela?

Advertisement

Oikeutta eläimille/Flickr

Advertisement