Les multinationales consomment toute l'eau du Mexique... pour une poignée de pesos

Baptiste

03 Juin 2017

Les multinationales consomment toute l'eau du Mexique... pour une poignée de pesos
Advertisement

Presque toutes les grandes entreprises commerciales ont besoin d'énormes quantités d'eau afin de produire leurs propres produits à grande échelle, c'est pourquoi ces géants économiques sont toujours à la recherche de nouveaux gisements à bon marché. Mais où obtenir des concessions pour l'exploitation des nappes phréatiques? La réponse est « au Mexique », où leur consommation n'est pas suffisamment contrôlée, où ils paient les taxes dérisoires pour l'exploitation annuelle d'eau potable. Il a fallu du temps pour que le problème soit discuté, dénoncé par Léo Heller, le Rapporteur spécialisé sur le droit à l'eau potable et à l'assainissement de l'ONU.

via jornada.unam.mx

Advertisement

Maxpixel

Le Dr. Heller a présenté un rapport qui a réuni cent-une organisations humanitaires mettant en lumière la situation tragique dans laquelle le Mexique se trouvera et qu'elle connaît déjà à cause de l'appauvrissement des ressources en eau.

Les multinationales se trouvent dans une situation d'avantage extrême, par exemple, selon les médias locaux, Coca Cola semble payer 2600 pesos mexicains pour chacune de ses concessions de prélèvement des eaux souterraines, pour un total de plus ou moins 5000 euros par an, alors qu'elle touche, selon la même enquête, près de 2 milliards d'euros. Un déséquilibre frappant qui va à l'encontre de toute logique de la fiscalité. Mais cela semble être le moindre des problèmes.

Heller a expliqué que les industries ont utilisé en une seule année 437 millions de mètres cubes d'eau, quantité suffisante pour satisfaire les besoins de tous les états mexicains (Basse-Californie, Colima, Nayarit et Campeche) dans la même période. Le rapport présenté par Heller compte quatre-vingt-dix pages et explique toutes les violations commises par ces grandes industries en termes des droits de l'eau et des règles d'hygiène.

Si la situation ne change pas, que feront ces géants du marché quand ils auront vidé les réservoirs hydriques du Mexique? Ils trouveront probablement d'autres endroits et d'autres accords. En Inde, ont déjà été fermées trois usines à cause de l'assèchement des nappes phréatiques qu'ils exploitaient...

Advertisement