La ville aux 1001 églises abandonnées: découvrez ce fascinant site archéologique arménien - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
La ville aux 1001 églises abandonnées:…
Randonnée en éléphant? Voici la réalité brutale qui se cache derrière cette activité touristique Avant les climatiseurs, les hommes refroidissaient les maisons avec des techniques ingénieuses qu'aujourd'hui on ne connaît plus

La ville aux 1001 églises abandonnées: découvrez ce fascinant site archéologique arménien

6.381
Advertisement

À l'époque médiévale, entre 961 et 1 045, le Royaume d'Arménie sous la lignée de la dynastie Bagratuni avait comme capitale la ville d'Ani. Avec une population estimée à environ cent mille personnes, Ani était connue comme la ville aux mille et une églises car son territoire était disséminé d'édifices religieux, aujourd'hui en ruines, mais encore observables aujourd'hui. Visitez avec nous ce merveilleux site...

La ville d'Ani se trouve aujourd'hui sur le territoire turc, à la frontière avec l'Arménie.

image: Wikimedia

Le site est situé à environ 1300 mètres d'altitude et grâce à sa forme triangulaire, il apparaît naturellement majestueux.

image: Wikimedia
Advertisement

Bien que maintenant elle soit en ruines, la ville d'Ani apparaissait autrefois comme une forteresse puissante et superbe qui en 961 a été choisie comme capitale du royaume du roi Achot III, appelé « le misécordieux».

image: Wikimedia

Les années suivantes, la ville a connu une période prospère d'expansion qui en 992 l'a conduite à être le siège de l'Eglise apostolique arménienne et le siège du mausolée de la dynastie Bagratide.

image: Wikimedia

Au sommet de sa splendeur, Ani était un point de repère dans le commerce avec l'Empire byzantin et celui perse, ainsi que l'une des voies d'accès à l'Extrême-Orient.

image: Wikimedia
Advertisement

Le déclin de la ville a commencé avec le siège d'une population turco-persane, les Seldjoukides, en 1064, puis celui kurde, puis mongole, et enfin turc, qui a décrété l'ajout du territoire dans l'Empire ottoman en 1579.

image: Wikimedia

A l'intérieur des murs d'Ani, une petite ville était encore habitée jusqu'au milieu de 17e siècle, mais la zone fut complètement abandonné en 1735 lorsque les moines ont quitté le monastère pour aller vivre ailleurs.

image: Wikimedia
Advertisement

En 1878, la région de Kars, où se trouve aussi Ani, est passée sous le contrôle de l'empire russe et c'est alors qu' ont été réalisées les premières fouilles archéologiques.

image: Wikimedia

Lorsque la ville fut reprise par les Turcs en 1918, de nombreux archéologues ont tenté de prélever le plus d'artefacts possible afin de les sauver de la destruction et du pillage.

image: Wikimedia
Advertisement

L'un des archéologues les plus actifs dans cette opération a été l'Arménien Ashkharbek Kalantar qui a réussi à prélever plus de 6000 pièces, aujourd'hui conservées au Musée d'Histoire d'Erevan.

image: Wikimedia

Trois ans plus tard, le ministre de la Justice turc Riza Nur a ordonné que la ville soit rasée, mais l'ordre n'a été que partiellement exécuté car le commandant du front oriental Kâzım Karabekir s'est refusé de le suivre.

image: Wikimedia

Aujourd'hui, le site semble complètement abandonné, mais il y a beaucoup de touristes qui s'y rendent pour parcourir ces routes qui jouent encore aujourd'hui une signification spirituelle et historique forte.

image: Wikimedia

Même si Ani se trouve officiellement sur le territoire turc, les autorités et la population arménienne ne cessent d'accuser le gouvernement turc d'avoir laissé la ville tomber dans un état de négligence inacceptable.

image: Wikimedia

Les Turcs, à leur tour, ont déclaré par le passé que le site avait été endommagé non seulement par les nombreux tremblements de terre qui l'ont frappé (1319, 1832 et 1988), mais aussi par des explosions en provenance de la proche frontière arménienne.

image: Wikimedia

Suite à une demande officielle du gouvernement turc, en 2016, le site archéologique d'Ani est entré dans la liste des sites du patrimoine mondial de l'UNESCO. Cela devrait assurer la disponibilité de fonds suffisants pour protéger la zone.

image: Wikimedia

Un site fascinant qui donne envie de le visiter...

image: Wikimedia
Tags: EgliseCurieuses
Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci