Gino Bartali: le champion cycliste a aussi été un héros de l'Holocauste. Voici ce qu'il a fait - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Gino Bartali: le champion cycliste a…
Dans un village écossais, les habitants ont réussi à faire respecter la limite de vitesse ... avec un sèche-cheveux! La mère l'abandonne à 7 ans avec son père paralysé: voici le quotidien de ce petit garçon

Gino Bartali: le champion cycliste a aussi été un héros de l'Holocauste. Voici ce qu'il a fait

2.042
Advertisement

Les générations les plus anciennes savent que jusqu'aux années soixante, le cyclisme était extrêmement populaire, un peu comme le football aujourd'hui.
Les gens se pressaient dans les rues pour assister au passage des athlètes qui étaient vus comme de vrais héros du sport. Parmi eux, vous connaissez sans doute et, même si elle sait probablement déjà, dans la période entre le milieu des années trente jusqu'au milieu des années cinq Gino Bartali, un professionnel qui a remporté trois Tours d'Italie et deux Tours de France, et dont la carrière a été fortement influencée par le début de la Seconde Guerre mondiale...

Avant le début de la guerre, Bartali avait déjà remporté deux Tours d'Italie (1936, 1937) et un Tour de France (1938).

En 1938, Bartali a été poussé par le régime fasciste de sauter le Tour d'Italie pour s'entraîner en vue du Tour de France et de tenter de le gagner. Il en a été ainsi mais lors de la cérémonie de la remise des prix, le cycliste a refusé de répondre au salut romain.

Advertisement

Le Tour d'Italie de 1940 a été remporté par un autre champion du cyclisme Fausto Coppi, grâce aussi à l'encouragement d'un Bartali blessé. La course a pris fin le jour précédant le début de la guerre, et cela a amené à arrêter la compétition pour les cinq années successives.

Après la création de la République sociale italienne (septembre 1943), Bartali a été enrôlé à celle-ci et est devenu membre de la Garde nationale républicaine.

Bartali est entré dans l'organisation armée mise en place par le gouvernement fasciste de sa volonté, mais le poste s'est rapidement transformé en un prétexte pour mener à bien une mission secrète.

Advertisement

Une fois obtenu l'autorisation d'être transféré de Passignano sul Trasimeno à sa Toscane, Bartali effectuait son travail de coursier mais à l'intérieur du tube sous la selle, il transportait des documents qui permettaient à la DELASEM d'expatrier de nombreux juifs.

La Delasem, Délégation pour l'Assistance des Emigrants Juifs, était une organisation active en Italie entre 1939 et 1947, qui s'occupait d'aider les juifs internés ou persécutés, avec l'aide de nombreux non-juifs comme Bartali.

Avec l'excuse de l'entrainement, Bartali n'a jamais subi d'inspections et a ainsi pu contribuer à la résistance clandestine de l'Holocauste.

Selon l'archevêque de Florence Angelo Elia Dalla Costa et le rabin Nathan Cassuto, pas moins de huit cents personnes ont pu être sauvées grâce l'action de Bartali Son action a été reconnue en 2005 par le Président de la République Carlo Azeglio Ciampi, qui lui a décerné la Médaille d'or du mérite civil, et par l'Etat d'Israël, qui l'a défini Justes parmi les Nations en 2013.
Bartali est mort en 2000 et la raison pour laquelle ces reconnaissances sont arrivées seulement après sa mort est qu'il n'a jamais rien dit à personne. Cela a été découvert en 2002 par des chercheurs qui étudiaient des listes de noms des juifs expatriés. Un grand Monsieur!

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci