La redoutable Ilse Koch : l'un des personnages les plus monstrueux et méconnu de l'Holocauste. - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
La redoutable Ilse Koch : l'un des personnages…
 Rosemary Kennedy, la sœur En 2001, le Portugal a dépénalisé TOUTES les drogues: voici la situation 15 ans après

La redoutable Ilse Koch : l'un des personnages les plus monstrueux et méconnu de l'Holocauste.

71.846
Advertisement

Qui ne connaît pas les conséquences de l'ascension d'Hitler au pouvoir? Si on vous dit le nom d'Ilse Koch, il est peu probable que vous ayez déjà entendu parlé d'elle. Eh bien, elle était connue comme "La Chienne de Buchenwald» et un surnom de ce genre ne présage rien de bon ...

Épouse de Karl Otto Koch, un colonel SS, Ilse était considérée comme l'une des personnes les plus redoutables et méprisantes pendant le nazisme, elle était capable de choses monstrueuses. Voila cette femme et ce qu'elle a fait pour mériter une telle réputation.

llse est née dans une famille aimante à Dresde en 1906. Petite, Ilse était une fille modèle, louée et admirée de tous.  Cependant, à l'âge de quinze ans, elle arrete ses études pour se plonger dans le monde du travail, d'abord comme ouvrière dans une usine, puis en tant que bibliothécaire pour ensuite terminer chez les SS, où elle a été choisie par Heinrich Himmler, chef de la Gestapo, pour devenir la femme de Karl Otto Koch et former le couple modèle du régime nazi, celui que tous les Allemands auraient craint.

Karl obtint une promotion et il devint colonel du camp de concentration de Buchenwald, où il sera bientôt connu pour sa réputation de «tortionnaire sadique». C'est entre ces murs qu'Ilse dévoila son côté sombre. Au début, elle se consacra à se moquer des prisonniers en leur donnant de faux titres de noblesse, mais ensuite en découvrant son sadisme, elle commença à fouetter les prisonniers qui traversaient son chemin pendant sa promenade matinale, parvenant même à les tuer à force de les frapper...

Advertisement

Sa haine n'a pas diminué même devant les femmes enceintes. De plus, elle etait obsédée par son corps et par ce qu'il pouvait provoqué chez le sexe opposé. A chaque fois qu'un nouveau convoi arrivait, elle apparaissait les seins nus et toute personne qui se retournait pour la regarder était massacrée devant tout le monde. Mais son obsession pour le corps humain a continué d'augmenter et pour lui donner libre cours, elle a rempli sa maison avec des têtes réduites de prisonniers, des tableaux effrayants dans lesquelles il y avait des lambeaux de peau humaine tatouée et d'abominables abat-jour en peau humaine, préférant celle des tziganes et des prisonniers de guerre russes.

Sa cruauté et celle de son mari étaient de nature à laisser sans voix même le Troisième Reich, qui les a plusieurs rappelés à l'ordre pour leurs «actes de brutalité excessive, corruption et honte."

Quel fut le sort de cette femme? Dans un premier temps, Ilse a été acquittée faute de preuves mais en 1947 elle a été arrêtée. Pendant son séjour en prison, elle est tombée enceinte d'un prisonnier et a profité de la situation pour reporter le procès, mais elle a finalement été jugée et condamnée.
En 1967, Ilse se suicide en se pendant avec ses draps, elle laisse une lettre à son fils où elle ne présente aucun remords.

Tags: HistoireDossier
Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci