Bienvenue dans l'enfer de Quezon, la prison la plus surpeuplée du monde - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Bienvenue dans l'enfer de Quezon, la…
Quand Mère Nature fait une création d'art: voici la chatte à la coloration unique! 2 pommes contre le harcèlement scolaire: découvrez la fascinante leçon de cette enseignante

Bienvenue dans l'enfer de Quezon, la prison la plus surpeuplée du monde

Par Baptiste
5.606
Advertisement

La prison de Quezon, aux Philippines, a été construite il y a 60 ans pour accueillir jusqu'à 800 personnes, mais il y a actuellement 3 800 détenus qui vivent entre ses murs en ruine, dans des conditions inhumaines.

C'est ce que raconte Raymund Narag, ex-détenu (innocent) de Quezon, qui aujourd'hui s'occupe de droit pénal à la Southern Illinois University, aux États-Unis, et est l’auteur du livre autobiographique Freedom and Death Inside the Jail. Narag a passé 7 ans en prison, condamné à tort pour un meurtre qu’il n’a pas commis.

Dans son livre, il raconte la vie en prison, comment il a pu survivre dans une cellule destinée à accueillir 5 personnes mais qui en comptait 30, les mauvaises conditions d’hygiène, le régime alimentaire insuffisant et malsain, racontant ainsi une crise humanitaire à tous les égards.

À Quezon, les prisonniers dorment à même le sol, en s'alternant, parce qu’il n’y a pas assez de place pour tout le monde

Advertisement

Les conditions d’hygiène sont inhumaines et provoquent la propagation d'infections en tout genre

La nourriture est tout aussi malsaine, contraignant les hommes à ne pas manger

Advertisement

Les portions, surtout, sont pauvres et l'eau potable est limitée

Advertisement

La chaleur est suffocante et la structure n'est pas équipée de système de ventilation.

Advertisement

Chaque mois, entre 2 et 5 détenus meurent, à cause des conditions de vie qui nuisent à leur santé physique et mentale

(sur la photo: Raymund Narag)

Aucune distinction entre les détenus sains et malades, ce qui contribue à la propagation des maladies

Évidemment les espaces personnels sont inexistants : les détenus passent leurs journées entassés les uns sur les autres

Une situation excessive, certes, qui nous pousse à réfléchir sur les conditions des prisonniers de nos contrées.

Nos prisons sont en effet régulièrement montrées du doigts à cause du surpeuplement....

Tags: WtfPhotographie
Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci