Tchernobyl 30 ans plus tard : voilà comment sont et comment vivent les victimes invisibles de la catastrophe. - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Tchernobyl 30 ans plus tard : voilà…
Le château de Sammezzano : un bijou aux intérieurs étonnants ... que personne ne peut visiter. 14 images de nuages ​​tellement incroyables qu'il est difficile de croire qu'ils sont vrais.

Tchernobyl 30 ans plus tard : voilà comment sont et comment vivent les victimes invisibles de la catastrophe.

68.042
Advertisement

La catastrophe de Tchernobyl est tristement célèbre pour être l'accident le plus grave d'une centrale nucléaire .

La catastrophe a eu lieu le 26 Avril 1986 à 13:23 heure locale dans une centrale nucléaire située en Ukraine (ex-URSS ). A cause des graves erreurs du personnel à la fois techniques et de gestion, un nuage de matières radioactives s'est déversé d'un réacteur et a contaminé tout le territoire. 

L'impact de la catastrophe de Tchernobyl sur la faune et la flore ainsi que sur la population a été catastrophique et aujourd'hui nous pouvons le voir dans le courageux rapport de Jadwiga Bronte intitulé « Les gens invisibles du Bélarus» .

Jadwiga Bronte est une photographe et réalisatrice de documentaires polonaise née en 1986, l'année de la catastrophe de Tchernobyl.

Dans son dernier livre de photographies, Jadwiga a exploré les effets de la catastrophe nucléaire sur les anciens combattants , enfermés dans ce qu'on appelle les soi-disant «internats », les institutions gouvernementales qui les accueillent

Advertisement

"J'ai décidé d'aller en Biélorussie pour me documenter sur les histoires de ces enfants oubliés et abandonnés qui sont nés avec des handicaps mentaux et physiques à la suite de cet incident tragique », raconte la jeune femme

"Au cours de mes recherches, ce qui m'a surpris le plus était le fait qu'il n'y avait pas seulement les victimes de Tchernobyl dans ces institutions ...

En fait, les internats accueillent toute les personnes exclues par leur famille en raison d'un handicap : " Littéralement toute personne considérée par le gouvernement biélorusse comme différente peut être retirée de la société et enfermée "

«Je crois que pour améliorer la situation des internats , il faut d'abord changer la mentalité des Biélorusses: ils ont la capacité de changer l'avenir des personnes innocentes rejetées par la société "

" Mais le pays n'accorde pas la liberté de presse: j'ai réalisé mon projet pour sensibiliser le monde sur comment vivent et comment Tchernobyl à changer à jamais la vie des Biélorussiens exclus de la société."

Ce sont des victimes et ils ne peuvent pas et ne doivent pas être oubliés.

Au cours du projet , un garçon m'a dit : Nous ne parlons jamais , nous ne nous plaignons pas, nous ne crions pas. Nous sommes patients , comme toujours. Nous avons peur de parler . ».

"Mais pour moi, les résidents des institutions que j'ai visité sont des gens extraordinaires, beaux et forts "

" Et à travers mon travail, je veux prouver que les personnes handicapées sont en mesure d'étudier, de travailler, de construire des relations durables et de contribuer à la société . "

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci