Richesse contre pauvreté: un drone réussit à illustrer la terrible réalité - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Richesse contre pauvreté: un drone…
On dirait un ours polaire endormi ... mais le matériau dont il est fait va vous surprendre Vous regardez tout le temps votre téléphone? Voilà ce que vous faites endurer à votre colonne vertébrale...

Richesse contre pauvreté: un drone réussit à illustrer la terrible réalité

4.373
Advertisement

Comme dans tous les pays au passé mouvementé et densément peuplé, en Afrique du Sud, le fossé entre les riches et les pauvres peut être énorme. Le photographe Johnny Miller a récemment réalisé un projet intitulé "Unequal Scenes" qui vise à rappeler l'existence de ces disparités.

Pour capturer l'essence de ces inégalités, Miller a pensé à utiliser une caméra reliée à un drone et de survoler Le Cap.

La séparation nette entre la zone riche et pauvre est ce qu'il reste de la période de l'aparthaid (1910-1994).

Advertisement

Dans certains cas, cette séparation a été étudiée sur plan, mais parfois c'est aussi le résultat d'un processus appelé «ségrégation spontanée».

Bien que près de 22 ans sont passés depuis la fin de l'apartheid, la condition de la ségrégation existe toujours.

Et vu d'en bas, on ne se rend pas bien compte de la réalité.

Dans son projet, Miller compare six différentes zones, toutes situées à moins de 35 km de la capitale, Le Cap.

Dans le cas de Imizamo Yethu et Hout bay, la différence d'espace et de végétation est éclatante.

Souvent, l'urbanisme reflète les conditions de vie de la population: dans la partie la plus pauvre, il existe des niveaux élevés de la tuberculose, de SIDA et de chômage.

Dans les cas de Masiphumelele et Lake Michelle, la distance qui les sépare est de 200 mètres environ, mais elle peut arriver à seulement 2 mètres!

Souvent, la zone "tampon" est utilisée pour des logements temporaires pour les travailleurs migrants ou des familles expulsées.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci