Dans ce musée, on peut trouver des chats qui se promènent dans les salles : mais une fois la situation est devenue incontrôlable

par Baptiste

28 Mai 2024

L'enseigne de la Cat Welfare Society du British Museum, et The Cat Man en personne
Advertisement

Il n'est pas rare de trouver des chats dans les musées : il existe de nombreux tableaux et fresques, sculptures et mosaïques représentant ces animaux domestiques. Cependant, il n'est pas rare non plus de trouver parfois de vrais chats dans les musées, comme cela s'est produit au British Museum au cours du XXe siècle. Le problème est que, pendant un certain temps, la présence de ces félins est devenue un peu incontrôlable, jusqu'à une résolution à laquelle tout le monde ne s'attendait pas.

Advertisement

Le British Museum et les chats

Ham/Wikimedia Commons - GFDL Version 1.2

Le premier chat connu du British Museum est Black Jack, un chat noir aux pattes blanches appartenant au conservateur des manuscrits Sir Frederick Madden, au XIXe siècle. Black Jack est surtout connu pour les dommages qu'il a causés aux couvertures de certains livres lorsqu'il est resté enfermé dans une pièce. La vérité est que beaucoup appréciaient "le chat portier du British Museum", comme il était souvent appelé. Ils ne le savaient pas encore, mais Black Jack allait commencer une tradition qui allait durer plus d'un siècle.

Au début du XXe siècle, l'égyptologue et orientaliste Sir Ernest Wallis Budge adopte Mike, un chat tigré avec lequel il développe un lien profond. Avec le temps, le félin domestique apprend même à chasser les pigeons et le British Museum devient son foyer. Malgré des problèmes de santé et un âge avancé, Mike reste un gardien fidèle jusqu'en 1929 : aujourd'hui, nous pouvons trouver une plaque commémorative près de l'entrée du musée, témoignant de son rôle.

Advertisement

Les chats à la conquête du British Museum

Trois des six chats restés au British Museum après la "tentative de conquête"

British Museum

Nous arrivons donc aux années 1960. La guerre est désormais un souvenir, mais avec les travaux de reconstruction, le British Museum est envahi par une colonie de chats errants. À partir des quelques individus initiaux, la colonie commence à se reproduire et devient de plus en plus ingérable : les employés du musée retrouvent des chats de tous âges dans les locaux et parmi les livres de la bibliothèque. Face à cette présence, le souvenir de Black Jack revient immédiatement à l'esprit : si un seul chat avait réussi à détruire les couvertures de plusieurs volumes, que pourraient faire des dizaines de chats ?

Au cours des quinze années d'occupation, les chats du British Museum deviennent une centaine et les autorités commencent à envisager toutes les alternatives. Certains veulent juste les chasser, d'autres veulent littéralement les supprimer. Heureusement, la vision d'un groupe d'employés l'emporte : ils décident de rassembler les chats, de les stériliser et de mettre en place un plan d'adoption. De plus de 100 félins, la population du British Museum est réduite à seulement six chats, qui sont "embauchés" par le musée comme l'avaient été Black Jack et Mike.

Y a-t-il des chats au British Museum aujourd'hui ?

Rex Shepherd et l'un des chats restants au British Museum

British Museum

À la fin des années 1970, une fois l'urgence féline passée, un agent d'entretien du British Museum prend à cœur les nouveaux employés et fonde la Cat Welfare Society. Rex Shepherd, c'est le nom de l'agent d'entretien, est désormais connu sous le nom de "The Cat Man", l'homme aux chats. Pendant ses années au British Museum, Rex prend soin des félins domestiques et leur apprend à chasser toute menace, des souris aux pigeons, mettant ainsi en lumière l'histoire des chats du musée britannique. Le New York Times consacrera quelques années plus tard un article à cette affaire, même si elle était alors terminée depuis des années.

En 1985, en effet, le dernier des chats du British Museum disparaît et la Cat Welfare Society, n'ayant plus de raison d'être, se dissout. Certes, la présence des félins reste dans les mémoires et dans les témoignages écrits, mais au musée, seul un panneau reste comme témoignage d'une ère révolue. Une époque où les chats avaient tenté de conquérir le British Museum... et avaient presque réussi !

Advertisement