Une équipe de chercheurs reproduit des pattes de dinosaures sur des poulets grâce à une modification génétique - Curioctopus.fr
x
Une équipe de chercheurs reproduit…
Une jeune fille surmonte sa grave arachnophobie en adoptant une araignée sauteuse : 16 photos de tâches plutôt simples que les gens ont réussi à mal faire

Une équipe de chercheurs reproduit des pattes de dinosaures sur des poulets grâce à une modification génétique

12 Juin 2022 • Par Baptiste
559
Advertisement

Comme nous le savons tous, les dinosaures sont une espèce animale qui s'est éteinte il y a soixante-six millions d'années. Un astéroïde, selon la science, a mis fin à leur ère, mais ils sont restés dans l'histoire en remplissant les musées du monde entier. Les spécimens qui ont survécu à l'impact ont changé de forme au fil du temps pour devenir des oiseaux.

Les scientifiques souhaitent comprendre comment cette transition a eu lieu au niveau anatomique et ont trouvé un moyen d'y parvenir : reproduire la métamorphose par un processus inverse. C'est dans cette optique qu'une équipe de chercheurs a, pour la première fois, créé des "pattes de dinosaure" dans des embryons de poulet.


Déjà en 2015, une étude avait tenté de le faire, en modifiant des poulets au point qu'au cours du développement embryonnaire, ils affichaient un museau semblable à celui des dinosaures. Un autre, en 2014, avait découvert qu'en plaçant judicieusement des poids, il était possible de faire marcher ces animaux comme le Tyrannosaurus rex.

Les volatiles que nous connaissons aujourd'hui sont les héritiers vivants d'un grand nombre de dinosaures non aviaires à plumes : les Coelurosauria, qui comprennent le Velociraptor, le Tyrannosaurus, le Deinonychus et l'Archaeopteryx, l'espèce qui représente le mieux la transition vers les oiseaux d'aujourd'hui, car ils étaient dotés d'un os en forme de fibule qui s'étendait jusqu'à la cheville.

Aujourd'hui, les fibules des oiseaux ne sont pas aussi longues, mais prennent la forme d'une écharde au cours du développement. C'est précisément sur ce changement que porte l'étude, réalisée à l'Université du Chili en analysant la génétique des poulets.

En inhibant l'activité du gène IHH (Indian Hedgenhog), l'équipe a constaté que les fibules continuaient à se développer comme celles des anciens dinosaures.

Chez les poulets, ces os ne peuvent s'allonger au-delà d'un certain seuil fixé par la génétique. Ce qui régule la croissance du péroné est le calcanéum qui, en se développant, bloque l'allongement du péroné.

En désactivant l'IHH, cependant, un autre gène impliqué dans la croissance osseuse, PthrP, augmente de façon exponentielle sa fonction, conduisant les fibules à se développer jusqu'aux chevilles, tout comme chez l'Archaeopteryx.

Une expérience très curieuse, sans implications pour la faune puisque ces spécimens n'ont pas éclos. Cela reste une découverte scientifique qui fait la lumière sur une métamorphose qui a conduit les dinosaures survivants à être les oiseaux d'aujourd'hui.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci