Congé de trois jours pendant les menstruations : la proposition de loi espagnole pour les femmes

Baptiste

17 Mai 2022

Congé de trois jours pendant les menstruations : la proposition de loi espagnole pour les femmes
Advertisement

La vie des femmes, comme nous le savons, est parfois plus compliquée que celle des hommes : la nature leur a donné de nombreuses "épreuves douloureuses" à endurer, depuis le cycle menstruel jusqu'à l'expérience peu plaisante de l'accouchement. Pouvoir accueillir une vie est sans doute un honneur, mais l'univers masculin est exempt de ces "problèmes mensuels" qui sont communs à l'univers féminin.

Les crampes menstruelles peuvent être, dans certains cas, vraiment douloureuses, au point de devenir invalidantes, rendant difficile, voire impossible, l'accomplissement des activités quotidiennes normales.

C'est pourquoi un pays européen a décidé de proposer une loi en faveur des femmes, qui concerne précisément les jours du cycle.

via The Indipendent

Advertisement

Pexels-Not the actual photo

Le pays en question est l'Espagne : les femmes qui souffrent particulièrement de leurs menstruations pourraient avoir droit à trois jours de congé de travail.

Le congé sera établi par une mesure en cours d'approbation par le gouvernement espagnol. La loi fait partie du plan de réforme sur la santé reproductive des femmes.

L'Espagne devient ainsi le premier État européen à reconnaître le droit des femmes à s'absenter de leur lieu de travail pour des douleurs dues à leur cycle menstruel. Ce congé est déjà reconnu dans certains pays asiatiques, comme la Corée du Sud, Taïwan et le Japon.

Ce congé, établi "sous contrôle médical", pourrait être prolongé de trois à cinq jours dans les cas les plus importants, c'est-à-dire pour les femmes qui souffrent de crampes sévères, de vertiges et de nausées.

Pexels-Not the actual photo

Un projet de loi qui préserve un pourcentage élevé de femmes, puisque 60 à 90 % de la population féminine mondiale, selon une estimation de l'International Journal of Environmental Research and Public Health, souffre de ce trouble désagréable.

Ángela Rodríguez, secrétaire d'État à l'égalité et à la lutte contre la violence à l'égard des femmes, a déclaré : "Il est important de préciser ce qu'est avoir des règles douloureuses, nous ne parlons pas d'un léger malaise, mais de symptômes graves tels que diarrhée, maux de tête sévères, fièvre. Les droits en matière de santé menstruelle n'ont jamais été abordés et les données sont effrayantes. Une femme sur quatre ne peut pas choisir les produits d'hygiène féminine qu'elle souhaite acheter pour des raisons financières. C'est pourquoi nous proposons qu'ils puissent être distribués gratuitement dans les centres éducatifs et sociaux."

Les femmes en question se verraient donc également garantir une réduction de la TVA sur les produits d'hygiène féminine dans les magasins et la distribution gratuite des produits dans les écoles et les centres éducatifs.

Advertisement