En 1972, des scientifiques ont prédit le moment où la société s'effondrerait : de nouvelles études confirment les prédictions - Curioctopus.fr
x
En 1972, des scientifiques ont prédit…
Qu'y a-t-il sur la face cachée de la Lune ? Un rover est allé là où personne n'a été auparavant Elle appelle son fils Lucifer : une femme attaquée sur les réseaux sociaux pour son choix

En 1972, des scientifiques ont prédit le moment où la société s'effondrerait : de nouvelles études confirment les prédictions

30 Janvier 2022 • Par Baptiste
4.294
Advertisement

À quoi ressemblera notre planète à l'avenir ? Qu'est-ce qui va changer sur le plan économique et social ? Nous nous sommes probablement tous posés ces questions à un moment ou à un autre. Il s'agit de questions assez complexes, dans lesquelles de nombreuses variables sont en jeu, et qui suscitent l'intérêt des experts et des scientifiques depuis des années.

Est-il vraiment possible de prédire les années à venir ? D'après les études dont nous allons parler, il semblerait que oui. En 1972, un groupe d'experts du Massachusetts Institute of Technology (MIT) a tenté de déterminer à quel moment l'effondrement de la société se produirait, en utilisant la modélisation informatique. Le verdict ? Une date précise, et même assez proche : 2040. Bien que l'étude n'ait pas été prise trop au sérieux à l'époque, certains ont décidé de l'approfondir et de la mettre à jour, et il semble que ces sombres prédictions ne soient pas à sous-estimer. Nous sommes tout à fait dans cette triste voie, il est vrai, mais tout n'est peut-être pas perdu. Regardons cela de plus près.


L'humanité a été avertie que nos activités pourraient être tellement peu durables qu'elles pourraient provoquer un effondrement, qui est attendu vers le milieu du 21e siècle, en 2040 exactement. Le rapport publié en 1972 par les scientifiques du MIT était clair : les experts avaient déjà identifié les "limites" du développement industriel de l'époque, qui provoqueraient un effondrement à long terme.

Pourtant, ils n'ont pas été pris trop au sérieux. En plus de provoquer des remous, cette analyse a également fait l'objet de moqueries et de remises en question. Aujourd'hui, cependant, le sujet semble plus que jamais d'actualité. C'est pourquoi de nouvelles recherches ont tenté de mettre à jour les prévisions des années 1970, avec des résultats qui sont loin d'être rassurants.

Il ne s'agit pas de simples prévisions funestes, mais de modèles mathématiques et économiques précis. En 2009, une autre équipe de chercheurs avait déjà mené une étude similaire, publiée ensuite par American Scientist, qui affirmait que ce qui avait été dit en 1972 n'était pas si irréaliste. "Nous sommes presque exactement en phase avec ces résultats 35 ans plus tard, le modèle proposé était très précis", avaient-ils déclaré.

Puis, en 2021, c'est la chercheuse néerlandaise en durabilité Gaya Herrington qui a apporté une nouvelle confirmation. Dans sa nouvelle étude approfondie basée sur les précédentes, elle a déclaré : "J'étais curieuse de voir les scénarios supposés se dérouler aujourd'hui, et les données actuelles sont malheureusement conformes aux prédictions faites en 1972".

Advertisement

Son analyse porte sur trois scénarios différents et montre que la civilisation se dirige presque inexorablement vers un déclin de la croissance économique, influencé par plusieurs facteurs, dont le changement climatique. "Nous sommes au milieu d'une urgence planétaire, a-t-elle déclaré, confrontés à des crises du climat, de la biodiversité et de la santé qui sont interconnectées et se renforcent mutuellement".

Alors, que faire ? L'étude en question n'est pas seulement une prise de conscience des problèmes auxquels nous sommes confrontés. Au contraire : selon Herrington, nous pouvons encore changer quelque chose.
"La principale conclusion de mon étude est que nous pouvons encore évoluer vers un scénario qui ne se termine pas par un effondrement. Avec l'innovation dans le monde des affaires, ainsi que les nouveaux développements des gouvernements et de la société civile, continuer à faire évoluer les modèles offre une autre perspective sur les défis et les opportunités que nous avons pour créer un monde plus durable", dit-elle. Et nous ne pouvons qu'espérer que ce soit le cas.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci