Elle est licenciée parce qu'elle est enceinte : les employeurs sont contraints de lui verser une indemnité de 300 000 £ - Curioctopus.fr
x
Elle est licenciée parce qu'elle est…
18 clichés qui résument mieux que mille mots toutes les merveilles que peut nous offrir Mère Nature Elle a 93 ans et a choisi de passer le reste de sa vie à bord d'un luxueux bateau de croisière

Elle est licenciée parce qu'elle est enceinte : les employeurs sont contraints de lui verser une indemnité de 300 000 £

08 Décembre 2021 • Par Baptiste
1.558
Advertisement

Chaque travailleur a des devoirs et a - ou devrait avoir - des droits. Les droits des travailleurs sont nécessaires, et comprennent le droit au travail et à la santé, les droits syndicaux, et le droit à la maternité et à la paternité. Chacun a le droit d'avoir des projets personnels, et ceux-ci ne devraient pas affecter son travail. Aujourd'hui encore, cependant, les travailleurs - et, dans certains cas, les femmes en particulier - sont très souvent victimes de discrimination sur le lieu de travail : Naomi Hefford est l'une de ces personnes et son histoire a fait l'objet de nombreuses discussions et réflexions.

via: The Times

Naomi a un travail important : elle est la directrice d'une clinique médicale. Cette histoire montre que la discrimination ne connaît ni rôle ni rang. Naomi a été licenciée après avoir dit à ses employeurs qu'elle était enceinte. L'affaire a immédiatement fini devant les tribunaux, car le traitement était certainement injuste. La femme a porté plainte et a gagné le procès pour discrimination : les dirigeants ont été obligés de lui verser une compensation de plus de 300 000 £.

L'affaire judiciaire a été longue et loin d'être simple. De fait, il a été découvert que les patrons de Naomi conspiraient pour la licencier lorsqu'elle a annoncé qu'elle était enceinte en novembre 2018. La femme les a entendus dire : "Si nous devons faire ça, quelle sera notre excuse ?". Un an plus tôt seulement, la femme avait commencé à travailler dans le service de chirurgie. Il semblerait donc que les employeurs aient licencié la femme pour un motif différent, axé sur une mauvaise conduite sur le lieu de travail, telle que des violations de la confidentialité. Le juge du travail a toutefois estimé que les éléments de preuve disponibles suggéraient que les médecins avaient échafaudé un plan, car "il n'y avait pas de préoccupations significatives concernant les performances de la requérante à ce moment-là, le seul changement de circonstances était la grossesse de la requérante". En effet, la femme n'a commis aucun acte répréhensible et n'était pas en faute : la raison pour laquelle la femme a été licenciée était sa grossesse.  La femme a finalement gagné sa bataille et nous espérons qu'elle travaillera désormais dans un endroit où aucune accusation infondée n'est portée et où les travailleurs sont protégés.

Tags: FemmesTravauxAbsurdes
Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci