Ce monument, l'un des plus grands du monde, est en construction depuis plus de 70 ans - Curioctopus.fr
x
Ce monument, l'un des plus grands du…
Des souris Une mère célibataire épuisée demande de l'aide pour s'occuper de ses triplés : trois grands-mères répondent à l'appel

Ce monument, l'un des plus grands du monde, est en construction depuis plus de 70 ans

11 Août 2021 • Par Baptiste
2.012
Advertisement

Tout le monde ne sait pas que dans les Black Hills du Dakota du Sud, l'une des plus grandes sculptures du monde est en construction. Ce monument est érigé non loin du Mont Rushmore, où les visages de quatre présidents américains ont été sculptés. Depuis plus de soixante-dix ans, des ouvriers travaillent sur le mémorial de Crazy Horse, sur la terre sacrée de la tribu Lakota. C'est un immense hommage aux Amérindiens, et en particulier à l'un des chefs indiens les plus sages : Crazy Horse. Bien que cette œuvre du chef de la tribu des Oglala Lakota soit encore loin d'être achevée, elle est déjà impressionnante.

L'histoire du monument Crazy Horse a commencé dans les années 1930 à la demande d'un chef Lakota, Henry Standing Bear. Une histoire qui se mêle à celle de la rédemption sociale des Amérindiens qui ont été anéantis par l'occupation des colons venus des terres européennes.

En 1930, les travaux du Mont Rushmore étaient toujours en cours et Henry Standing Bear estimait qu'il était injuste que son peuple n'ait pas de monument pour célébrer son importance. C'est pourquoi il a essayé de contacter le sculpteur du Mont Rushmore, Gutzon Borglum, mais sans succès. Têtu, il ne s'est pas arrêté à ce refus. En 1939, il entame une correspondance avec le sculpteur américano-polonais Korczak Ziolkowski. Ziolkowski avait travaillé sur le Mont Rushmore sous la direction de Borglum pendant une courte période et semblait immédiatement intéressé par la réalisation de cet immense projet.

Afin d'obtenir du gouvernement une montagne adaptée, le chef indien Henry Standing Bear a cédé toutes ses terres, 900 acres au total, pour que le projet puisse commencer.

L'œuvre s'est immédiatement révélée être une affaire aussi bien politique qu'artistique. Le sculpteur - qui a commencé à travailler en 1948 - a refusé obstinément tout financement public afin de pouvoir travailler sans contraintes gouvernementales. Cela signifiait, bien sûr, travailler avec un effectif réduit et des moyens modestes. Ziolkowski a commencé à travailler seul, sans électricité, avec très peu d'eau et sur des chemins de terre. Pour comprendre les difficultés qu'il a rencontrées, une échelle en bois de 741 marches a été utilisée pour atteindre le sommet.

Advertisement

Le dessin original montre Crazy Horse chevauchant son destrier et désignant la terre où de nombreux Amérindiens sont enterrés. Le sculpteur était convaincu qu'il pourrait terminer l'œuvre en trente ans, mais il avait tort. Ziolkowski a personnellement travaillé sur les matériaux en granit utilisés pour créer ce projet avant de mourir en 1982 à l'âge de 74 ans.

À ce moment-là, la veuve Ruth Ziolkowski a repris le projet avec ses sept enfants. Mme Ziolkowski a fait en sorte que les travaux se concentrent sur la sculpture du visage de Crazy Horse plutôt que sur celle du cheval, comme l'avait imaginé son mari sculpteur. Cela signifie qu'aujourd'hui, nous avons déjà une vue impressionnante de la sculpture - bien que partielle - ce qui a permis un premier afflux de touristes. Cela a permis de maintenir le plan financier initial, qui exclut le financement public de cet immense chantier. Une sculpture ambitieuse dans sa conception et étonnante encore aujourd'hui qui - après 70 ans - est toujours à l'état embryonnaire.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci