Les aînés sont-ils plus intelligents que les cadets ? Une étude dit oui - Curioctopus.fr
x
Les aînés sont-ils plus intelligents…
Un homme insulte deux filles sur la plage parce qu'elles sont homosexuelles : Il installe une clôture électrique pour empêcher les enfants d'entrer sur sa pelouse : cet homme divise l'opinion publique

Les aînés sont-ils plus intelligents que les cadets ? Une étude dit oui

22 Juillet 2021 • Par Baptiste
2.430
Advertisement

Existe-t-il un lien entre l'ordre de naissance des enfants et leur intelligence ? C'est une question qui a souvent attiré l'attention de la science, entre les preuves réelles et les croyances qui ne reflètent pas toujours la vérité. Donc, si vous vous êtes toujours demandé si l'aîné d'une fratrie est celui qui a les capacités intellectuelles les plus développées, et si vous en avez peut-être discuté avec les membres de votre famille, la lecture de l'étude dont nous allons parler pourrait vous apporter une réponse.

Peter Kristensen, chercheur à l'Université d'Oslo, a décidé de se pencher sur la question, afin de fournir à tous des données et des réponses concrètes. Et qu'a-t-il découvert, après avoir analysé 250 000 Norvégiens de sexe masculin âgés de 18 à 20 ans ? Qu'il existe effectivement des différences intellectuelles entre les premiers-nés et les autres enfants. Et c'est une question d'éducation.

Le premier, c'est aussi le plus intelligent : c'est ainsi que l'on pourrait résumer les conclusions de Kristensen (un enfant arrivé en deuxième, par ailleurs), qui a ensuite analysé en profondeur les raisons de ces résultats. Après avoir testé l'intelligence de quelque 250 000 hommes, il a découvert que les premiers-nés avaient un avantage moyen de 2,3 points de QI sur leurs frères plus jeunes, qui à leur tour "battaient" les troisièmes-nés de 1,1 point en moyenne.

Bien que l'on puisse penser que tout cela est lié à la génétique et à l'ordre de naissance, M. Kristensen a souligné que ce n'était pas le cas. Ce qui est en jeu, c'est l'éducation et l'attention des parents. Selon les conclusions de l'étude, les premiers-nés bénéficient d'un avantage certain en termes de soins, de temps et d'énergie consacrés à leur éducation par leurs mères et leurs pères.

image: Pxhere

Le fait d'avoir été élevé en tant que "premier", et peut-être de s'être occupé de frères ou de sœurs plus jeunes, sont donc autant de facteurs qui, au fil des années, influenceront les capacités intellectuelles de ces personnes. Il s'agit donc d'une question d'éducation, qui concerne dans la plupart des cas les enfants nés en premier, mais qui peut aussi toucher d'autres personnes qui ont été élevées comme des premiers-nés. Plus la famille est nombreuse, plus l'écart de QI se creuse et s'accroît, jusqu'à atteindre des chiffres assez élevés entre les premiers-nés et les autres membres de la fratrie.

Il serait encore plus intéressant à ce stade de savoir si cela est vrai pour d'autres cultures que la Norvège et si cela s'applique également aux femmes. En attendant, ce qui est certain, c'est que ces chiffres ne doivent pas être pris comme des valeurs absolues : comme en toute chose, il y a toujours des exceptions, précisément celles qui feront peut-être le bonheur de nombreux enfants nés en deuxième ou troisième lieu !

Tags: ScienceEnfantFamille
Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci