Des archéologues découvrent une crème pour le visage vieille de 2 000 ans : il y avait encore des empreintes digitales dessus - Curioctopus.fr
x
Des archéologues découvrent une crème…
La mode de la double moustache arrive : 15 exemples de looks qui, nous l'espérons, seront bientôt oubliés

Des archéologues découvrent une crème pour le visage vieille de 2 000 ans : il y avait encore des empreintes digitales dessus

27 Juin 2021 • Par Baptiste
98.417
Advertisement

Lorsque nous pensons à certains objets, notre esprit ne les associe certainement pas immédiatement à des époques lointaines, mais à des contextes plutôt contemporains. Si nous disions, par exemple, crème pour le visage, nous sommes sûrs que la première image qui s'allumerait dans votre cerveau serait peut-être celle d'une parfumerie, ou d'une publicité vantant les qualités d'un baume miraculeux.

Il n'est donc pas difficile d'imaginer l'étonnement des archéologues lorsqu'ils se sont retrouvés devant un pot contenant un tel cosmétique, qui portait encore les traces évidentes des doigts de qui l'avait utilisé. Un objet qui, selon ce que l'on a appris, remonte à environ 2 000 ans : une véritable plongée dans la vie quotidienne d'un passé qui rappelle notre présent !

image: Nature

Si vous pensez que les chercheurs ont trouvé cette incroyable pièce d'histoire dans une ancienne habitation de l'époque romaine, vous vous trompez. L'objet a en effet été trouvé à Southwark, à Londres, lors de la fouille d'un ancien complexe religieux qui abritait un temple.

Perplexité, bonheur et étonnement : tels sont les sentiments qui les ont assaillis lorsqu'ils ont trouvé dans leurs mains le bocal avec les empreintes digitales. Le bocal décoré, d'environ 6 centimètres de diamètre, a immédiatement attiré l'attention des agents chargés des fouilles. Lorsqu'ils l'ont ouvert, ils ont été immédiatement enveloppés par une forte odeur sulfureuse et, dès le début, il n'était pas difficile de comprendre qu'il s'agissait d'une pommade cosmétique.

Les analyses ultérieures ont de fait confirmé cette théorie. Le mélange blanc qu'il contient est en effet une crème pour le visage, un mélange créé à partir de graisse animale, d'amidon et d'étain, qui a incroyablement survécu pendant plus de 2 000 ans et nous est parvenu dans toute sa singularité.

image: Nature

"Je suis stupéfait", a déclaré Garry Brown, chef de l'équipe d'archéologues qui a travaillé sur le site, "il semble s'agir d'une sorte de crème ou de pommade cosmétique. Les crèmes de ce type ne survivent normalement pas dans les découvertes archéologiques, il s'agit donc d'une découverte unique."

En effet, le fait qu'elle nous soit parvenue dans cet état est tout à fait remarquable. L'onguent, probablement de haute qualité, a pu appartenir à une femme riche, ou à une habituée du temple. Il est vraiment incroyable de constater que la culture romaine était si répandue et enracinée que les coutumes s'étaient imposées presque partout. Nous ne savons pas si la propriétaire de ce bocal venait de Rome ou était originaire de Londres, mais il est certain que les cosmétiques étaient une coutume très populaire.

Une façon vraiment inattendue et fascinante de remonter le temps, vous ne trouvez pas ?

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci