Thomas, l'oie "gay" et polyamoureux qui a donné au monde un splendide exemple de tolérance - Curioctopus.fr
x
Thomas, l'oie "gay" et polyamoureux…
Il décide de s'en aller après avoir attendu 35 minutes pour un entretien d'embauche : son récit 15 fois où des personnes ont amèrement regretté de partager un logement avec des colocataires

Thomas, l'oie "gay" et polyamoureux qui a donné au monde un splendide exemple de tolérance

05 Avril 2021 • Par Baptiste
1.975
Advertisement

Certaines histoires ont le pouvoir de nous faire réfléchir sur des aspects cruciaux de la vie et de la société, même si leurs protagonistes sont des animaux : leurs histoires peuvent même nous donner de précieuses leçons de tolérance et de respect.

Ce que nous allons vous raconter est l'histoire passionnante de Thomas, une oie qui, par ses choix, est devenue une véritable icône animale d'un mode de vie alternatif. Au cours de sa longue vie, cet oiseau est devenu une célébrité, touchant tous ceux qui le suivaient de près et savaient ce qu'il faisait.

Nous sommes à Wellington, capitale de la Nouvelle-Zélande, et c'est ici que cet oiseau spécial est né. Le fait qu'il se comportait de manière insolite par rapport à toutes les autres oies était évident lorsque, dans le lagon de Waimanu, Thomas évitait les femelles, préférant la compagnie de Henry, un cygne noir mâle.

Le "couple gay" a entretenu une relation heureuse pendant 18 ans. Les deux se sont soutenus, selon les personnes qui les ont protégés et soignés, en choisissant de ne jamais s'accoupler avec les femelles de leurs espèces respectives.

Tout a cependant changé avec l'arrivée d'Henrietta, une femelle cygne avec laquelle Henry a commencé à nicher ensemble. Les deux cygnes ne sont toutefois pas restés seuls : parmi eux se trouvait également Thomas, qui a donné vie à ce qui a été défini comme un véritable triangle polyamoureux.

En effet, l'oie a toujours fait partie de la "famille" d'Henry et Henrietta, qui a donné naissance à 68 petits en l'espace de 12 ans. Ce noyau singulier et alternatif d'oiseaux a commencé à être aimé par la population locale, observé et connu. Malheureusement pour eux, les difficultés se sont profilées.

Advertisement

Lorsque Henry est mort en 2009, le triangle s'est dissous. Henrietta a trouvé un autre partenaire mâle, tandis que Thomas a essayé, sans grand succès, de s'accoupler avec une femelle. Ses petits, peu de temps après, ont été "adoptés" par un autre mâle, et Thomas s'est retrouvé seul. Une triste situation pour lui, à laquelle s'est ajouté un grave problème de santé qui, en 2013, l'a conduit à une cécité complète.

Il a alors été transféré au Wellington Bird Rehabilitation Trust, où il a reçu toute l'attention dont il avait besoin. Thomas, cependant, n'a jamais été heureux comme par le passé. Jusqu'à ce qu'il s'éteigne en 2018, à l'âge de 40 ans, et soit enterré aux côtés du cygne Henry, son premier et seul grand amour.

Il va sans dire que l'histoire de cette oie, en plus d'avoir conquis le cœur de nombreuses personnes, a eu une signification vraiment importante en ce qui concerne les choix amoureux et la discrimination. Chez les animaux, en effet, l'homophobie n'existe pas, bien que pour les biologistes et les experts, les comportements "polyamoureux" et homosexuels ne soient pas du tout rares ou "étranges". Thomas et Henry n'ont jamais eu besoin de défendre leurs comportements et leurs attitudes. Une image très différente de ce qui se passe chez les humains, qui, malgré des années de prise de conscience, sont toujours incapables d'accepter pleinement les choix personnels des autres.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci