Des employés japonais quittent le bureau avec deux minutes d'avance : ils sont punis d'une réduction de salaire - Curioctopus.fr
x
Des employés japonais quittent le bureau…
15 incroyables transformations nous montrent ce dont la volonté est capable Une panthère abandonnée par sa mère grandit avec un Rottweiler : ils sont inséparables

Des employés japonais quittent le bureau avec deux minutes d'avance : ils sont punis d'une réduction de salaire

18 Mars 2021 • Par Baptiste
2.339
Advertisement

Nous vous parlons souvent d'épisodes et d'événements qui caractérisent la société japonaise sous toutes ses facettes, plus ou moins rigides. La précision et la rigueur sont certainement deux notions très chères aux Japonais, surtout dans le milieu professionnel : on s'en rend compte chaque fois que le Pays du Soleil Levant fait irruption au centre de l'actualité pour des événements comme celui que nous allons vous raconter.

Que s'est-il passé qui soit si "japonais" ? Certains employés du gouvernement ont été sanctionnés par des mesures disciplinaires pour avoir quitté leur bureau avec seulement deux minutes d'avance.

via: Sankei

Oui, deux minutes, pas vingt ni cent-vingt. Selon les médias locaux, le Conseil de l'éducation de la ville de Funabashi, non loin de la capitale Tokyo, a décidé de sanctionner - et lourdement - tous les employés qui, de mai 2019 à janvier 2021, avaient "osé" partir dans le délai qui leur permettait d'arriver à temps au bus qui les ramenait chez eux.

En effet, s'ils avaient manqué le bus de 17 h 17, en restant au bureau seulement 2 minutes de plus, le suivant serait arrivé plus de 30 minutes plus tard. Alors leurs responsables, découvrant que la chose s'est répétée dans le temps, ont décidé de déclencher une action disciplinaire. Tolérance zéro pour eux : réduction d'un dixième du salaire pendant trois mois, pour couvrir tous les congés non déclarés que les travailleurs auraient pris, ainsi que des avertissements écrits sérieux.

Mais est-ce vraiment un "crime" de quitter le bureau quelques minutes plus tôt après une journée de travail complète de 8 ou 9 heures ? On se demande, en lisant cette histoire, à quel point ces 120 secondes peuvent vraiment être vitales pour une entreprise. Comme il arrive souvent dans ces cas-là, la nouvelle a eu un grand retentissement, suscitant un florilège de commentaires, presque tous d'accord pour apporter leur solidarité aux travailleurs.

Advertisement

Et ce n'est pas le premier cas de ce genre à se produire au Japon, un pays où la rigidité sur le lieu de travail est une notion très présente. Dans cet épisode, cependant, le risque de frôler l'absurde est réel, quelles que soient les raisons et les justifications. Qu'en pensez-vous ? Mesure sensée ou exagérée ?

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci