Ce photographe a immortalisé les peuples indigènes de Sibérie dans des clichés puissants et profonds - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Ce photographe a immortalisé les peuples…
Cette voiture se recharge au soleil : elle peut faire jusqu'à 1600 km avec un 15 étudiants en médecine posent devant la plantation où leurs ancêtres ont travaillé comme esclaves

Ce photographe a immortalisé les peuples indigènes de Sibérie dans des clichés puissants et profonds

Par Baptiste
1.589
Advertisement

De nos jours, n'importe quel coin de notre planète peut sembler familier et en quelque sorte "accessible", mais il existe de nombreux endroits et populations qui restent quotidiennement hors de la lumière des projecteurs. Nous nous en rendons compte chaque fois que nous sommes en contact avec des cultures, des personnes, des traditions et des scénarios éloignés et différents de ceux que nous avons l'habitude de voir.

Et c'est précisément cette diversité qui rend le monde dans lequel nous vivons si merveilleux, et qui peut être une source constante et précieuse d'enrichissement. Ce sont les présupposés qui guident le merveilleux travail de nombreuses personnes qui, jour après jour, tentent de la documenter. Tout comme Alexandre Khimushin, un photographe qui a parcouru le monde entier, visitant des dizaines de pays et s'efforçant de mettre en lumière des peuples et des cultures qui disparaissent lentement. Êtes-vous prêt à faire un voyage dans les terres fascinantes, froides et éloignées de la Sibérie ?

Khimushin est l'auteur du projet The World in Faces, une initiative qui, à travers la photographie, veut attirer l'attention sur toutes ces minorités ethniques dont les représentants, à cause de la mondialisation et de la modernisation, sont de moins en moins nombreux.

 

Cultures, coutumes et, surtout, visages : les clichés de ce photographe parviennent à communiquer au spectateur quelque chose de fascinant, apportant avec eux un message de tolérance et de paix vraiment unique.

Advertisement

Les photos que vous regardez proviennent de Sibérie, où Khimushin s'est littéralement immergé, voyageant seul pendant des mois et parcourant des milliers de kilomètres dans le but d'entrer en contact avec les gens qui peuplent ces terres "inaccessibles".

Du lac Baïkal à la mer du Japon, Alexander a visité des lieux où vivent des femmes, des hommes et des enfants qui appartiennent à des minorités de moins en moins représentées, et qui chaque jour honorent fièrement leurs origines, face à des conditions climatiques pour le moins adverses.

Ainsi, parmi ses clichés, on trouve les visages de ceux qui vivent dans les régions les plus froides du monde, comme les Sakha, dont Khimushin a immortalisé une fille en robe de mariée typique, avec masque.

On trouve également des éleveurs de rennes nomades, des enfants et des personnes âgées de l'ethnie Evenki, un homme Nivkhi et un autre d'origine Tofalar. Dans ce dernier cas, nous sommes face à des gens qui vivent dans des endroits si éloignés que pendant la saison hivernale, ils ne peuvent être atteints que par hélicoptère.

 

Ce ne sont là que quelques exemples des dizaines de populations que ce talentueux photographe a rencontrées au cours de ses voyages. The World in Faces, Siberia, a en effet rassemblé des photos de personnes appartenant à quarante groupes ethniques différents, tous originaires de la région sibérienne et chacun menacé dans sa survie.

 

En regardant leurs visages, leurs sourires et leurs vêtements traditionnels, on ne peut s'empêcher d'être fasciné, et il semble que chacun d'eux soit là pour nous raconter son histoire.

Le travail de Khimushin est louable et a un sens merveilleux, qui, nous l'espérons, sensibilisera chacun à considérer la diversité comme une opportunité d'enrichissement, dans un monde qui peut encore nous surprendre de manière authentique et réelle.

 

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci