ITER, le plus grand réacteur de fusion nucléaire du monde : un projet au nom de l'énergie propre - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
ITER, le plus grand réacteur de fusion…
La NASA recherche des volontaires pour simuler des voyages sur Mars : ils vivront dans un Des centaines de citoyens américains reçoivent par courrier des semences de Chine que personne n'a jamais commandées

ITER, le plus grand réacteur de fusion nucléaire du monde : un projet au nom de l'énergie propre

Par Baptiste
1.334
Advertisement

Il est universellement reconnu comme le projet de recherche le plus ambitieux qui vise à produire de l'énergie à partir de la fusion nucléaire, une manière beaucoup plus avantageuse (bien que plus coûteuse en termes de ressources nécessaires) de concevoir un réacteur pouvant fournir de l'électricité. Nous parlons d'ITER, le programme énergétique qui est le résultat d'un effort concerté entre 35 pays différents et qui prend officiellement vie en France.

Pourquoi est-ce important ? C'est simple : ce réacteur à fusion nucléaire devrait être le plus grand du monde et, grâce à son fonctionnement, il permettrait d'obtenir de l'énergie d'une manière absolument "plus propre" qu'un réacteur à fission : sans déchets radioactifs et sans utilisation de combustibles fossiles. Un projet qui semble de plus en plus proche de la réalité, étant donné que la construction de cette structure a déjà commencé. Il vaut donc la peine de le découvrir de plus près.

image: ITER.org

Énergie propre : c'est sur ces mots d'ordre que se basent les ingénieurs qui conçoivent et mettent en œuvre ITER. La fusion nucléaire, comme on l'a dit, est un processus moins risqué pour l'environnement que la fission "classique", même si elle présente quelques difficultés. La fusion fonctionne en exploitant l'énergie libérée par deux noyaux atomiques plus légers qui fusionnent pour en former un plus lourd, et doivent être rapprochés par une force énorme, ce qui nécessite une grande dépense d'énergie. C'est précisément le problème de la fusion, pour simplifier : souvent, les installations qui l'utilisent ont besoin de plus de ressources qu'elles ne peuvent en restituer. Un concept clair à comprendre, étant donné que les températures dans des systèmes similaires dépasseraient de 10 fois celles du noyau du Soleil.

 

image: ITER.org

ITER vise toutefois à surmonter ces difficultés en utilisant des méthodes innovantes qui, selon les développeurs, permettraient d'atteindre l'objectif de générer suffisamment d'énergie grâce à cette réaction. Ce n'est pas chose aisée, mais la recherche sur la fusion nucléaire peut venir en aide aux constructeurs de cette usine. L'énorme réacteur aura un poids estimé à environ 23 000 tonnes, et à l'intérieur il y aura des aimants supraconducteurs reliés entre eux par 200 km de câbles spécifiques. Tout cela, comme le rapporte le Guardian, devra être maintenu à des températures très basses, estimées à moins 269 degrés Celsius.

Advertisement

L'effort d'ingénierie pour achever ITER a été décrit, sans surprise, comme "le plus complexe de l'histoire". Les concepteurs et les ingénieurs se sont toutefois montrés optimistes et confiants, principalement parce que, si le réacteur était couronné de succès, il permettrait de stocker en toute sécurité d'énormes réserves d'énergie avec très peu de déchets et de substances nocives pour l'environnement, et donc de manière totalement propre. Les conditions préalables sont réunies, et il y a aussi un engagement à cet égard : il ne reste plus qu'à attendre avec confiance l'achèvement de la construction d'ITER, et à espérer qu'il apportera de réels avantages aux besoins énergétiques mondiaux.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci