L'homme au QI le plus élevé jamais enregistré : un génie presque oublié de l'histoire - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
L'homme au QI le plus élevé jamais…
Une usine en Turquie fabrique des tuiles qui abritent les oiseaux et les protègent des intempéries Des célébrités

L'homme au QI le plus élevé jamais enregistré : un génie presque oublié de l'histoire

Par Baptiste
410.851
Advertisement

Quand on pense au mot "génie", on pense immédiatement à des personnalités du calibre d'Albert Einstein, d'Isaac Newton et de bien d'autres hommes et femmes qui, grâce à leurs extraordinaires capacités, ont contribué à marquer de leur empreinte l'histoire et les disciplines qu'ils ont étudiées. Et pourtant, on ne peut pas se contenter de penser que les personnes les plus brillantes ayant vécu ne sont que celles qui sont entrées dans l'histoire. Pourquoi ne connaissons-nous pas certains génies ? C'est simple : ils sont restés, en quelque sorte, dans l'ombre.

William James Sidis est l'un d'entre eux : si vous n'avez jamais entendu parler de lui, vous n'êtes pas les seuls. Et pourtant, cette personne est, selon toute vraisemblance, la personne la plus intelligente qui ait jamais marché sur la Terre, avec un des QI les plus élevés jamais recensés. Et son histoire est aussi triste que fascinante.

160 de QI pour Albert Einstein ; 190 pour Isaac Newton, et la liste pourrait continuer bien plus. Au-dessus de 160, on peut généralement identifier des personnalités aux capacités extraordinaires. Eh bien : croiriez-vous que, dans le cas de Sidis, son quotient intellectuel a été mesuré à 254 ? Eh oui, cette caractéristique, unie à ses incroyables capacités mentales, a fait de lui une personne hors norme.

Au-delà des chiffres, Sidis, né à New York en 1898 et mort en 1944, s'est révélé dès l'enfance comme un véritable enfant prodige. Expert en mathématiques, capable de parler et de comprendre jusqu'à 25 langues à l'âge adulte (on dit qu'à l'âge de 8 ans il en avait déjà appris 8), admis à Harvard à l'âge de 11 ans, capable même de lire le New York Times à 18 mois. La liste de ses capacités mentales pourrait s'allonger encore, et nous vous assurons qu'elles sont toutes plus étonnantes les unes que les autres. En plus de ses capacités mathématiques, on ne peut manquer de mentionner celles dans le domaine de la physique, de la psychologie, de la cosmologie et de l'histoire.

Il était socialiste et non-croyant, et n'avait certainement pas de relations faciles avec sa famille. En particulier, son père, un psychiatre reconnu, l'a même fait interner dans une de ses cliniques pendant un certain temps, ce qui a conduit à la rupture définitive entre William et le parent. Le garçon a ensuite déménagé et a mené une vie d'employé très normale. C'est probablement l'une des raisons pour lesquelles la renommée de Sidis, pour la plupart des gens, n'est pas aussi importante qu'elle devrait l'être. Enfant et adulte, William n'a jamais aimé se mettre sous les feux de la rampe : la vie "parfaite", selon lui, c'est celle passée en solitaire.

Malgré son refus de la gloire et de la visibilité, et ses occupations tout à fait normales, Sidis a toujours continué à écrire, publiant même sous divers pseudonymes et continuant à utiliser le don incroyable que la nature lui avait fait avec son intelligence inhabituelle. Une telle personnalité aurait vraiment pu changer le monde et faire de grandes choses. Malheureusement, comme cela arrive souvent lorsqu'il est question de gènes, William est mort jeune, à seulement 46 ans, terrassé par une hémorragie cérébrale. Derrière lui, il a laissé un héritage intellectuel très important qui mérite d'être rappelé et valorisé. Qui sait si, tôt ou tard, quelque part dans le monde, naîtra – ou est déjà né – un autre prodige comme lui.

Advertisement
Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci