Madame CJ Walker est la première femme afro-américaine millionnaire : elle est devenue riche grâce à sa seule force - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Madame CJ Walker est la première femme…
12 photos d'hôtels qui ont surpris les clients avec des détails frisant l'absurde Une compagnie minière a fait sauter une grotte aborigène ancienne de 46 000 ans

Madame CJ Walker est la première femme afro-américaine millionnaire : elle est devenue riche grâce à sa seule force

Par Baptiste
6.823
Advertisement

"Je suis une femme originaire des champs de coton du Sud. De là, j'ai été promue blanchisseuse. De là, j'ai été promue cuisinière. Et de là, je me suis moi-même promue fabricante de produits capillaires. J'ai bâti mon entreprise sur mes propres bases" : ce sont les mots que Sarah Breedlove Walker, ou Madame CJ Walker, utilise pour décrire son ascension vers le succès. Cela pourrait ressembler à n'importe quelle histoire de revanche personnelle, sauf que Sarah Walker est née dans une famille noire très pauvre, quelques années seulement après l'abolition officielle de l'esclavage. Sarah Breedlove Walker a été la première femme afro-américaine à devenir riche, grâce à sa propre force. Aujourd'hui, comme à l'époque, elle est considérée comme un exemple vertueux à imiter, car elle a su non seulement changer sa vie, mais aussi celle de nombreuses autres femmes.

via: Wikipedia
image: Wikipedia

La vie n'a pas été facile pour Sarah Breedlove Walker : née en 1867, trois ans seulement après l'abolition officielle de l'esclavage par le président américain Abraham Lincoln, elle fait partie des rares individus nés "libres" au sein de sa famille. Néanmoins, les conditions d'extrême pauvreté ne lui ont pas laissé la moindre liberté et elle a rapidement commencé à travailler dans les champs de coton de Delta, le petit village de Louisiane où elle vivait dans une maison délabrée. De plus, comme pour aggraver la situation de faim et de misère de Sarah, ses parents sont morts à courte distance l'un de l'autre, la laissant seule à l'âge de 7 ans. Forcée par les événements, Sarah va vivre avec sa sœur aînée qui, cependant, est mariée à un individu infâme qui la maltraitait et n'avait aucun scrupule à faire de même avec la petite Sarah. La seule échappatoire apparente pour Sarah était le mariage. À 14 ans, elle se marie et à 17 ans, elle donne naissance à sa fille Leila. À 20 ans, elle est déjà veuve.

image: Wikipedia

Seule, avec une petite fille, dans un état où les Afro-Américains étaient persécutés, Sarah doit retrousser ses manches. Elle rejoint ses frères barbiers à Saint Louis, Missouri, confiante dans les opportunités des "grandes villes". Ici, elle a eu l'occasion de fréquenter l'église épiscopale méthodiste africaine de St. Paul, grâce à laquelle elle a pu suivre un programme d'alphabétisation et laisser sa fille sous sa garde, tandis qu'elle effectuait des travaux domestiques éprouvants dans les maisons de riches blancs. En 1894, elle a épousé John Davis, sans savoir que même cet homme était habitué à la violence : lorsqu'il était ivre (c'est-à-dire toujours), il levait la main sur sa femme et pariait ensuite avec l'argent de Sarah. En 1903, la femme s'est séparé et a poursuivi son chemin, en suivant ce qui lui réussissait le mieux : le soin des cheveux.

À cette époque, en raison d'une mauvaise hygiène, d'une alimentation inadéquate et de produits trop agressifs, de nombreuses femmes souffraient de calvitie. Sarah, grâce à l'aide de ses frères et d'une nouvelle connaissance importante (Annie Malone), a vraiment réussi à changer sa vie.

Advertisement
image: Wikimedia

Son amie Annie Malone avait une entreprise, Poro, qui produisait des shampoings et des crèmes pour les cheveux ; Sarah a commencé à vendre ses produits au porte-à-porte, expérimentant de nouvelles formules dans sa vie privée. Lorsqu'elle a déménagé à Denver, elle a rencontré un pharmacien qui lui a apporté des connaissances en chimie et a réussi à développer un produit qui promettait de grands résultats contre les pellicules et la chute des cheveux. Il s'agissait d'un mélange de soufre et de vaseline, déjà connu depuis longtemps, mais son "amie" Annie Malone était furieuse car elle pensait que Sarah lui avait volé la "formule gagnante". En 1906, Sarah a épousé Charles Walker, un expert en publicité, avec lequel elle a lancé son rêve d'entreprise. Ensemble, ils ont voyagé dans le monde entier pour vendre des produits miracles au porte-à-porte, jusqu'à ce que Sarah commence à se faire appeler Madame CJ Walker et à enseigner les règles d'hygiène de base aux femmes afro-américaines. Elle a ouvert un salon de beauté et a recruté des milliers de femmes noires auxquelles elle a enseigné le respect de leur travail et les préceptes de base des soins capillaires.

Madame CJ Walker, comme elle se faisait appeler, a enseigné à plus de 20 000 femmes ce que cela signifie d'être indépendantes et a contribué financièrement à la cause des Noirs en faisant des dons substantiels en argent à d'innombrables associations pour l'émancipation des Noirs et en faveur de leurs droits. Madame CJ Walker est considérée comme la première millionnaire afro-américaine (sa fortune, à sa mort, s'élevait à environ six cent mille dollars !) et fait partie de la liste des cent Afro-Américains les plus importants de l'histoire.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci