Cet homme a planté 152 millions de mangroves, créant une forêt là où auparavant il y avait des terres mélangées à du sel

Baptiste

03 Juillet 2020

Cet homme a planté 152 millions de mangroves, créant une forêt là où auparavant il y avait des terres mélangées à du sel
Advertisement

Ce n'est qu'au cours de la dernière décennie que les êtres humains ont réalisé à quel point leur mode de consommation des ressources de la planète ne pouvait pas continuer sans contribuer au maintien d'un équilibre naturel. Ainsi, des années et des années de déforestation n'ont conduit que récemment à des projets de verdissement de zones à risque, comme celui qui a débuté au Sénégal en 2009, où un homme a déjà planté 152 millions de mangroves, donnant ainsi vie à ce qui semble être aujourd'hui une forêt, mais qui était il n'y a pas si longtemps une zone à risque de désertification. 

via BBC

Advertisement

Haidar el Ali

Haïdar El Ali est un écologiste sénégalais et ministre de l'écologie au sein du gouvernement en 2012. Cet homme croyait profondément en un projet visant à restaurer une zone qui risquait de devenir un désert, en raison d'années de déforestation incontrôlée et d'un air excessivement salin.

Le mérite de Haïdar El Ali n'est pas seulement d'avoir reboisé une grande surface ou donné du travail aux habitants, mais aussi de se préoccuper d'un problème mondial comme le changement climatique.

En 2009, il a lancé un projet de reforestation au Sénégal qui est l'un des plus ambitieux au monde. Jusqu'à présent, 152 millions de plants de mangrove ont été plantés, ce qui crée aujourd'hui une forêt là où, auparavant, il n'y avait que des terres mélangées à du sel.

needpix

Les projets de construction ainsi que l'exploitation forestière illégale avaient mis en danger la survie des rizières qui sont la principale occupation du Sénégal ; en privant la terre de forêts, l'air saumâtre rendait les champs moins fertiles.

Les mangroves plantées par Haïdar El Ali ont sauvé le Sénégal et bien au-delà : les feuilles des mangroves emprisonnent le sel à la surface, réduisant ainsi la quantité déposée sur les champs. Mais les mangroves contribuent également à la subsistance des villages locaux : les huîtres, les crabes et autres crustacés poussent sur les racines des plantes, qui sont la nourriture des poissons pêchés. Les mangroves créent un écosystème vital.

Le sol boueux dans lequel poussent ces plantes absorbe le méthane, tandis que les feuilles capturent le dioxyde de carbone pour aider à contenir le changement climatique.

Comme le dit Haïdar El Ali lui-même, le temps qu'il faut à un arbre pour pousser est du temps que nous perdons : si nous avions commencé il y a dix ans, nous aurions maintenant une forêt.

Advertisement